Décivilisation, la logique d’une définition

Publié le 12 Sep 2023
Décivilisation, la logique d’une définition

Face aux violences du début de l'été, le président Macron appelle à lutter contre la « décivilisation »

Les violentes émeutes du début de l’été ont suffisamment effrayé les politiques pour que certaines notions reviennent dans leur discours de façon surprenante : la « décivilisation » est évoquée, on en appelle à la famille… Éclaircissement sur ce que ces mots signifient vraiment et sur l’incohérence de ceux qui détruisent les choses et abusent de leur nom.   À la suite des exactions du mois de juin, le président Macron a déclaré en conseil des ministres : « Aucune violence n’est légitime, qu’elle soit verbale ou contre les personnes. Il faut travailler en profondeur pour contrer ce processus de décivilisation. » L’examen de ce terme, comme on va le voir, peut révéler bien des surprises. Il faut d’abord mettre de côté le sens particulier donné au mot « décivilisation » par certains sociologues et ethnologues qui voient dans l’occidentalisation des peuples non européens une destruction de leurs formes culturelles et sociales propres. La mondialisation serait alors le vecteur de décivilisation par excellence. Même si ce thème est intéressant, ce n’est pas en ce sens que le mot est employé ici, où il désigne le refus, spécialement par la violence, des comportements civilisés et est parfois synonyme d’ensauvagement.  Ce vocable est dû au sociologue allemand Norbert Elias, dans son ouvrage Sur le processus de civilisation (1939), où il décrit l’évolution de l’Occident comme un processus consistant à donner au seul État le droit d’user de la violence et, en revanche, à laisser l’individu exercer un auto-contrôle sur ses passions violentes, ses instincts, ses affects – il montre les rois de France donnant l’exemple aux autres pays d’Europe, en domestiquant dans leur cour la noblesse rebelle. C’est ainsi qu’il voulait expliquer a contrario la montée du nazisme en Allemagne, comme une tendance « à se laisser aller, au relâchement de la conscience morale, à la grossièreté, à la brutalité » Tendance informelle d’abord, mais encouragée et exigée ensuite formellement par le groupe dirigeant du parti. La décivilisation serait alors un relâchement général de la contrainte civilisationnelle.  Cette théorie sociologique apparemment pertinente ne définit cependant le processus de civilisation que comme la mise à l’écart de la violence individuelle : vision négative qui ne définit pas positivement ce qu’est la civilisation. De plus, elle reste dépendante d’une vision pessimiste de la nature humaine, présente chez les penseurs des Lumières, comme chez Hobbes par exemple, pour qui « l’homme est un loup pour l’homme », et où l’État est avant tout un pouvoir de…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Bruno Couillaud

Ce contenu pourrait vous intéresser

Société

Agriculteurs (3/3) : « La terre au cœur, le cœur au Ciel »

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » (3/3) | Fondée dans les années 80, l’association des « Journées paysannes » regroupe et soutient des agriculteurs de tous horizons, conscients de la nécessité de se former spirituellement et techniquement, de favoriser l’entraide et la réflexion dans un contexte de crises profondes. Entretien avec Emmanuelle François, présidente des « Journées paysannes ».

+

agriculteurs journées paysannes
Société

Mobilisation des agriculteurs, un tableau contrasté (2/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 2/3 | Journaliste indépendant, spécialiste du milieu agricole et rédacteur en chef de la revue de presse agricole Argos, Guy Laluc dresse un portrait des revendications et des raisons du monde paysan plus compliqué qu’on ne pourrait le croire au premier coup d’œil.

+

agriculteurs
Société

Crise agricole, les raisons de la colère (1/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 1/3 | Dans cet entretien, Yann de Kérimel dresse le tableau sombre d’une agriculture profondément détraquée, entre le mauvais rôle des institutions censées représenter le secteur, les exigences absurdes et contradictoires de l’Union européenne et des choix de consommation déraisonnables.

+

crise agricole