Dérives : la cour d’assises aussi…

Dérives : la cour d’assises aussi… L'Homme Nouveau

Y a-t-il des bornes à l’ignorance, à la sottise, voire tout simplement au conformisme obtus ? J’y crois encore moins depuis l’effarant et scandaleux arrêt rendu le 21 novembre dernier par la cour d’assises de la Manche !

Pendant vingt-cinq ans, j’ai suivi les cours d’assises et, généralement avec une justice correctionnelle le plus souvent militante, sans parler du Parquet totalement soumis. Il y eut des scandales, par exemple Michel Lajoye, 20 ans, condamné à perpétuité pour avoir – et c’était stupide c’est vrai – jeté, sans aucune victime, une bombinette dans un café arabe en Normandie (il a purgé vingt ans…). Ou tout récemment deux condamnations à 7 et 11 ans ferme pour la mort accidentelle d’un militant d’extrême gauche, Clément Méric, dans une bagarre (il y a appel). Dans la Manche, il s’agit d’un réfugié bangladais déjà connu pour agression sexuelle et qui, cette fois, avait violé une gamine de 15 ans. Verdict : acquitté !

Comment tenter d’expliquer une telle folie ? Eh bien, la cour et les jurés ont considéré que l’agresseur n’avait pas les « codes culturels » français, qu’il n’avait pas pris conscience de l’absence de consentement (!) de la victime et que dans son pays empreint de la culture masculine « les femmes sont reléguées au statut d’objet sexuel ». Il avait d’ailleurs dit que, pour lui, les Françaises étaient censées être toutes des putains. Finalement, la cour a estimé que le prédateur (narcissique et égocentré, disent les experts) avait abusé sans doute d’une jeune fille « sidérée », mais que le crime n’est pas suffisamment établi ! 

Comment expliquer ? D’abord, par la bêtise : l’excellent président Versini me disait : « Il y a dans les listes de jurés la même proportion d’imbéciles que partout… ». Ensuite, le poids des trois magistrats qui peuvent être militants politiques… Enfin et surtout, le poids mal digéré des permanentes et paralysantes campagnes antiracistes et droits-de-l’hommesques : par définition, un migrant, surtout de couleur, ne peut être coupable. C’est un effroyable racisme à l’envers. Il y a heureusement et naturellement appel du Parquet. Et le prédateur attend tranquillement au Foyer des Jeunes Travailleurs de Saint-Lô.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | L’essentiel, c’est l’affichage

En deux minutes devant la machine à café de l’entreprise, j’ai compté quarante-deux affichettes sur le palier où je déambulais. Près de trois mètres carrés occupés par des avis en tout genre, obligations, interdictions, sensibilisations et autres annonces syndicales. Autant le papier peint nécessite un rafraichissement, autant ce patchwork informatif en camaï...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | L’essentiel
Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | Refuser les règles

On ne peut plus rien dire à la télé. La réalité est islamophobe, les statistiques sont patriarcales, les faits divers une incitation à la haine. Depuis un demi-siècle, c’est acté : tout constat public hors progressisme officiel doit être précautionneusement entouré d’une couche de vaseline oratoire, saupoudrée de paratonnerres à amalgame. On fait gaffe à ce qu’on dit, on évite...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | Refuser les règles L'Homme Nouveau