Dérives : la cour d’assises aussi…

Publié le 24 Déc 2018
Dérives : la cour d’assises aussi… L'Homme Nouveau

Y a-t-il des bornes à l’ignorance, à la sottise, voire tout simplement au conformisme obtus ? J’y crois encore moins depuis l’effarant et scandaleux arrêt rendu le 21 novembre dernier par la cour d’assises de la Manche !

Pendant vingt-cinq ans, j’ai suivi les cours d’assises et, généralement avec une justice correctionnelle le plus souvent militante, sans parler du Parquet totalement soumis. Il y eut des scandales, par exemple Michel Lajoye, 20 ans, condamné à perpétuité pour avoir – et c’était stupide c’est vrai – jeté, sans aucune victime, une bombinette dans un café arabe en Normandie (il a purgé vingt ans…). Ou tout récemment deux condamnations à 7 et 11 ans ferme pour la mort accidentelle d’un militant d’extrême gauche, Clément Méric, dans une bagarre (il y a appel). Dans la Manche, il s’agit d’un réfugié bangladais déjà connu pour agression sexuelle et qui, cette fois, avait violé une gamine de 15 ans. Verdict : acquitté !

Comment tenter d’expliquer une telle folie ? Eh bien, la cour et les jurés ont considéré que l’agresseur n’avait pas les « codes culturels » français, qu’il n’avait pas pris conscience de l’absence de consentement (!) de la victime et que dans son pays empreint de la culture masculine « les femmes sont reléguées au statut d’objet sexuel ». Il avait d’ailleurs dit que, pour lui, les Françaises étaient censées être toutes des putains. Finalement, la cour a estimé que le prédateur (narcissique et égocentré, disent les experts) avait abusé sans doute d’une jeune fille « sidérée », mais que le crime n’est pas suffisamment établi ! 

Comment expliquer ? D’abord, par la bêtise : l’excellent président Versini me disait : « Il y a dans les listes de jurés la même proportion d’imbéciles que partout… ». Ensuite, le poids des trois magistrats qui peuvent être militants politiques… Enfin et surtout, le poids mal digéré des permanentes et paralysantes campagnes antiracistes et droits-de-l’hommesques : par définition, un migrant, surtout de couleur, ne peut être coupable. C’est un effroyable racisme à l’envers. Il y a heureusement et naturellement appel du Parquet. Et le prédateur attend tranquillement au Foyer des Jeunes Travailleurs de Saint-Lô.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
ChroniquesSpiritualité

Les larmes de saint Pierre

Commentaire homélie du Pape | Pendant la messe chrismale du Jeudi Saint, le Pape a prononcé son homélie sur les différents échanges de regards de l'évangile, entre Jésus et les Juifs dans la Synagogue puis entre Jésus et Pierre. C'est par ce regard que Pierre comprend sa trahison.

+

Pierre