Des vitraux scouts à l’Île-Bouchard

Publié le 13 Oct 2013
Des vitraux scouts à l'Île-Bouchard L'Homme Nouveau

Récent lieu d’accueil des pèlerins et notamment des scouts qui viennent en nombre à l’Île-Bouchard, l’Accueil Notre-Dame comporte une nouvelle chapelle d’adoration et de confession avec trois vitraux à thèmes scouts, bénis ce dimanche 13 octobre. Entretien avec le Père Xavier Malle, curé du Sanctuaire.

Ce 13 octobre a lieu à l’Île-Bouchard la bénédiction des vitraux scouts de la nouvelle chapelle Sainte-Jeanne-Delanoue. Comment ce projet est-il né ?

Père Xavier Malle : C’est une idée née de la conjonction de deux projets : d’une part, la construction d’une nouvelle chapelle pour l’adoration permanente afin de remplacer l’ancienne, difficile d’accès en particulier pour les personnes âgées, et d’autre part, l’idée qu’eut un ancien chef de créer un lieu scout. Il existe de nombreux « lieux scouts » partout en France. Je pense à l’église du Dompeter en Alsace, église rénovée par les Scouts de France et dans laquelle je me rendais souvent, étant moi-même Scout d’Europe en Alsace. Aussi l’idée d’un lieu scout à ­l’Île-Bouchard me plaisait. Il restait à trouver quelque chose qui rappelle le scoutisme aux jeunes qui viennent. C’est ainsi qu’a abouti le projet des trois vitraux.

Quelle sera la spécificité de ce lieu scout ?

Depuis 1947 le Sanctuaire ne cesse de voir affluer pèlerins, scouts et guides. Il était donc impératif de trouver le moyen de mieux les accueillir. D’un point de vue spirituel nous pourrons désormais offrir à tous les pèlerins une nouvelle chapelle d’adoration et de confession où chacun pourra y trouver intériorité et réconciliation (six confessionnaux ont été construits dans le prolongement de la chapelle) ; les scouts et les guides quant à eux auront la possibilité de venir dans un lieu favorisant l’épanouissement des valeurs fondamentales de leur engagement, un lieu proche de leurs sites de campements et de sorties, un lieu également de rencontres puisque le lieu scout de l’Île-Bouchard ne se réserve pas à un mouvement scout en particulier, mais à tous les mouvements du scoutisme. C’est aussi le but de ce lieu : que ce soit un lieu de convivialité, de rencontre entre les mouvements.

Quel est le sens de ces vitraux ?

Ces vitraux font la particularité de cette nouvelle chapelle d’adoration, et leur histoire est toute spéciale puisque liée de manière totalement fortuite à l’Île-Bouchard. En effet, nous avons contacté pour dessiner les vitraux Emmanuel Beaudesson, le fameux dessinateur scout, Tourangeau d’origine, qui eut comme institutrice Jacqueline Aubry, l’une des quatre petites filles témoins des apparitions de la Vierge Marie en 1947. L’histoire des vitraux scouts est donc enracinée sur la terre de l’Île-Bouchard. Par la suite le choix des différents projets proposés par le dessinateur fut effectué par la Commission diocésaine d’art sacré et ils ont été réalisés par les Ateliers Loire à Chartres. L’idée était de ne pas attirer spécialement l’attention sur les vitraux puisque la chapelle est avant tout une chapelle d’adoration où doit primer le recueillement. Il s’agissait plutôt de créer « une ambiance » : symboliser les trois niveaux de la vie scoute, la vie au quotidien, la joie et la prière, en une ascension paisible vers le tabernacle et toujours marqués de la couleur rouge de la charité qui doit embraser nos vies quelle que soit notre activité.

Qui furent les porteurs de ce projet ?

Deux associations se sont mobilisées pour ce projet, en organisant une souscription : l’ancien chef, Bruno Rondet, qui eut l’idée d’un lieu scout, avec le Réseau Scoutisme et Prière, et l’association Amitiés de Touraine anciens Scouts et Guides de France. Nous avons également pu compter sur de nombreux et généreux donateurs. Cependant il reste encore une grande partie du mobilier de la chapelle à financer, ce qui ne sera possible que grâce aux dons des fidèles ! Et de nouveaux travaux vont être entrepris pour permettre aux pèlerins d’être mieux accueillis à l’Île-Bouchard. Cette nouvelle chapelle d’adoration d’un point de vue pratique est un bel avantage pour le Sanctuaire, mais surtout c’est un symbole désormais de l’unité scoute, entre les trois grands mouvements Scouts et Guides de France, Scouts Unitaires de France et Guides et Scouts d’Europe, unité qui sera symbolisée le 13 octobre prochain quand l’aumônier de chaque mouvement bénira l’un des trois vitraux.

Formulaire pour les dons disponible sur le site www.ilebouchard.com. À renvoyer au Presbytère de l’Île-Bouchard, Parvis du Chanoine Ségelle, 37220 L’Île-Bouchard. Tél. : 02 47 58 51 03 – secretariat@ilebouchard.com

Réseau Scoutisme et Prière : Bruno Rondet. Tél. : 06 19 76 83 60 – b.rondet@club-internet.fr

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place