La joie chrétienne : Divertissement ou eutrapélie ? (4/4)

Publié le 30 Juin 2023
Divertissement ou eutrapélie ?

Divertissement, récréation, loisirs, détente, jeu… autant d’activités pour occuper le temps des vacances, se délasser du travail ou des obligations de la vie. Mais sont-elles toutes d’égale valeur ? Pour en juger, saint Thomas d’Aquin – avec d’autres – définit une vertu indispensable et pourtant méconnue, l’eutrapélie. Explications.  

Divertissement pascalien

«La seule chose qui nous console de nos misères est le divertissement, et cependant c’est la plus grande de nos misères.» (1) On connaît l’importance accordée par Blaise Pascal au divertissement dans sa description de la misère de l’homme. La lucidité de l’analyse pascalienne se trouve malheureusement confortée, à quelques siècles de distance, par le spectacle édifiant de la société du divertissement. Que l’on ne s’y trompe pas cependant, le constat sévère de l’auteur des Pensées n’est pas une condamnation moralisatrice. Il laisse aux « demi-savants » (2) le loisir de se scandaliser. Quant à lui, ce sont plutôt les ambiguïtés du divertissement qui retiennent son attention, pour ce qu’elles révèlent de la condition humaine : «Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre.» (3) Il n’en demeure pas moins que l’idée d’un usage, non pas seulement nécessaire, mais également vertueux du jeu ou de la plaisanterie, semble à première vue parfaitement étrangère à l’approche pascalienne. Faudra-t-il donc, à Pascal, opposer saint Thomas ? Ce dernier, en effet, réserve dans sa morale une place, certes discrète, à la vertu du jeu, qu’Aristote appelait eutrapelia et qu’il traduit par jucunditas – nous dirions : enjouement, ou gaieté (4).  

Eutrapélie thomiste

Le point de départ de la réflexion de l’Aquinate est la reconnaissance de la nécessité du jeu. Contrairement à celle du divertissement pascalien, elle ne découle pas du besoin de se distraire de la misère, mais du besoin de reposer l’âme : «De même, en effet, que l’on a besoin de se reposer des travaux corporels en s’arrêtant de temps en temps, de même aussi on a besoin de se reposer l’âme un moment de la tension de l’esprit avec laquelle on s’adonne aux choses sérieuses ; et c’est avec le jeu qu’on le fait.» (5) Or, «le repos de l’âme, c’est le plaisir. […] C’est pourquoi il faut remédier à la fatigue de l’âme en s’accordant quelque plaisir qui interrompe l’effort d’application de la raison.» (6) Le jeu est donc cette activité par laquelle on recherche le plaisir de l’âme (7), ayant…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Abbé Charles Berger de Gallardo, fssp

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie