La joie chrétienne : Divertissement ou eutrapélie ? (4/4)

Publié le 30 Juin 2023
Divertissement ou eutrapélie ?

Divertissement, récréation, loisirs, détente, jeu… autant d’activités pour occuper le temps des vacances, se délasser du travail ou des obligations de la vie. Mais sont-elles toutes d’égale valeur ? Pour en juger, saint Thomas d’Aquin – avec d’autres – définit une vertu indispensable et pourtant méconnue, l’eutrapélie. Explications.  

Divertissement pascalien

«La seule chose qui nous console de nos misères est le divertissement, et cependant c’est la plus grande de nos misères.» (1) On connaît l’importance accordée par Blaise Pascal au divertissement dans sa description de la misère de l’homme. La lucidité de l’analyse pascalienne se trouve malheureusement confortée, à quelques siècles de distance, par le spectacle édifiant de la société du divertissement. Que l’on ne s’y trompe pas cependant, le constat sévère de l’auteur des Pensées n’est pas une condamnation moralisatrice. Il laisse aux « demi-savants » (2) le loisir de se scandaliser. Quant à lui, ce sont plutôt les ambiguïtés du divertissement qui retiennent son attention, pour ce qu’elles révèlent de la condition humaine : «Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre.» (3) Il n’en demeure pas moins que l’idée d’un usage, non pas seulement nécessaire, mais également vertueux du jeu ou de la plaisanterie, semble à première vue parfaitement étrangère à l’approche pascalienne. Faudra-t-il donc, à Pascal, opposer saint Thomas ? Ce dernier, en effet, réserve dans sa morale une place, certes discrète, à la vertu du jeu, qu’Aristote appelait eutrapelia et qu’il traduit par jucunditas – nous dirions : enjouement, ou gaieté (4).  

Eutrapélie thomiste

Le point de départ de la réflexion de l’Aquinate est la reconnaissance de la nécessité du jeu. Contrairement à celle du divertissement pascalien, elle ne découle pas du besoin de se distraire de la misère, mais du besoin de reposer l’âme : «De même, en effet, que l’on a besoin de se reposer des travaux corporels en s’arrêtant de temps en temps, de même aussi on a besoin de se reposer l’âme un moment de la tension de l’esprit avec laquelle on s’adonne aux choses sérieuses ; et c’est avec le jeu qu’on le fait.» (5) Or, «le repos de l’âme, c’est le plaisir. […] C’est pourquoi il faut remédier à la fatigue de l’âme en s’accordant quelque plaisir qui interrompe l’effort d’application de la raison.» (6) Le jeu est donc cette activité par laquelle on recherche le plaisir de l’âme (7), ayant…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Abbé Charles Berger de Gallardo, fssp

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage