Divine Box : l’artisanat monastique en boîte

Publié le 25 Mai 2017
Divine Box : l’artisanat monastique en boîte L'Homme Nouveau

Et si vous receviez chaque mois une sélection de produits de l’artisanat monastique, pour savourer de bonnes choses tout en aidant les monastères à vivre ? C’est l’idée d’un jeune étudiant et de sa sœur, qui ont créé il y a trois mois la Divine Box. L’aventure continue…

La Divine Box, ça a l’air divin… Mais encore?

Côme Besse : La Divine Box est un abonnement mensuel à une box – une boîte ! – contenant des produits de l’artisanat monastique choisis autour d’un thème particulier. La box du mois d’avril dernier, par exemple, était sur le thème de Pâques. On y trouvait donc différents produits autour du chocolat, des truffes fourrées, de la confiture de chocolat… Celle du mois de mai était sur le thème de la ruche, avec de la moutarde au miel, des bonbons ou même des savons au miel. Les produits que nous choisissons viennent uniquement de monastères et ce principe de la box permet d’offrir ou de s’offrir un bon moment à partager pour déguster, avec en plus, quelque chose qui a du sens derrière. C’est une manière de savourer des produits délicieux, fabriqués avec soin, localement, et de faire vivre nos monastères.

Comment est née l’idée de la Divine Box ?

L’idée nous est venue à Noël. Nous sommes une fratrie de quatre enfants et mon grand frère habite à Barcelone, où la bonne nourriture française dont il raffole est difficile voire impossible à trouver. Ma mère lui avait donc concocté un panier avec de bons produits, et notamment du pâté de l’abbaye de Bricquebec. Nous l’avons goûté avec lui et trouvé cela délicieux. Avec ma sœur Astrid, nous avons commencé à parler d’un « apéro des monastères » mais c’était trop restreint pour découvrir toutes les pépites monastiques… C’est ainsi qu’est venue l’idée de la Divine Box. Concrètement, je finis mes études cette année et mon cursus prévoit un long stage qui pouvait être remplacé par la création de notre propre entreprise. Cela tombait à pic !

En janvier dernier, nous avons donc contacté près de 150 abbayes pour faire un premier tour d’horizon, voir lesquelles distribuent leurs produits à l’extérieur. Nous avons reçu de leur part un accueil très positif alors nous avons levé des fonds via le site de financement participatif Credofunding. En seulement une semaine, nous avions recueilli 90 % de la somme prévue, en grande partie de la part de donateurs que nous ne connaissions pas, ce qui était très encourageant ! Nous avons ouvert notre site Internet www.divinebox.fr en mars et nous avons envoyé 110 Divine Box au mois d’avril et 200 au mois de mai.

Comment choisissez-vous les produits qui seront envoyés ?

Nous proposons chaque mois cinq ou sept produits (selon l’abonnement choisi) autour d’un thème particulier parmi les quelque 1 000 produits de l’artisanat monastique que nous avons recensés. Nous nous rendons ensuite dans les abbayes pour goûter, choisir, discuter avec les moines et moniales : peuvent-ils nous fournir le produit demandé en quantité suffisante et sans perturber leur emploi du temps ?

Nous composons ensuite nos box, en y ajoutant à chaque fois un petit livret présentant en quelques mots chacune des abbayes dont nous proposons les produits. Chaque mois, nous faisons un focus sur une abbaye en particulier, son histoire, son patrimoine culturel… Nous avons à cœur d’y glisser quelques notes d’humour, des anecdotes de la vie des monastères que nous ont raconté les moines et moniales. Bref, nous tenons à faire connaître les trésors de nos abbayes tout en gardant un ton un peu léger, un esprit de proximité avec ceux qui goûtent à la Divine Box.

Un slogan – « made in abbaye » – en anglais, une esthétique très jeune et épurée, une présentation pleine d’humour sur votre site Internet… La Divine Box s’adresse-t-elle aux jeunes ?

Je connaissais très peu d’abbayes jusqu’à présent et j’avais moi-même, à vrai dire, cette idée que les produits de l’artisanat monastique étaient réservés à ma grand-mère ! Beaucoup de gens s’en font une image un peu vieillotte… et pourtant, l’artisanat monastique est complètement dans l’ère du temps : ce sont des produits artisanaux, bio la plupart du temps, et délicieux, ce qui ne gâche rien ! Alors notre objectif est de remettre ce ­savoir-faire au goût du jour. C’est vrai que nous ne sommes pas dans la posture habituelle de la relation client, avec des formules de politesse pompeuses. Nous parlons avec les clients ­comme avec des amis, nous essayons d’être vraiment disponibles pour eux.

Cela dit, nous n’avons pas créé la Divine Box par opportunisme commercial, juste parce que le made in France serait à la mode en ce moment. Parce que même si nous faisons en sorte que l’entreprise nous permettre d’avoir un revenu, nous voulons avant tout soutenir les monastères et faire connaître le plus largement possible toutes les merveilles qu’ils proposent.

Contact et abonnement : www.divinebox.fronvousecoute@divinebox.fr – www.facebook.com/divine.fr/

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi
A la uneEgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran