Le djihad « non violent » d’un chauffeur-muezzin de bus !

Publié le 30 Nov 2022
Djihad

Crédit photo : CC BY-SA 2,5 Italy, G Dallorto

Retour sur un « fait divers » emblématique de la fin de novembre: quand le chauffeur d’un bus impose le Coran à ses passagers soumis ! Que les versets du Coran aient été diffusés par le haut-parleur de l’autocar ou celui du téléphone de son chauffeur, les faits sont là : ce dernier a volontairement contraint ses passagers d’écouter les sourates de la psalmodie musulmane pendant les 40 minutes du trajet Aix-Marseille. À la protestation de l’un d’entre eux – retraité algérien plaidant pour le respect de la laïcité –, il aurait même répondu : « C’est mon bus ! Je fais ce que je veux. Si t’es pas content, tu descends. » Que ce chauffeur soit un agent de la métropole Aix-Marseille ou une recrue stagiaire d’un sous-traitant (1), il n’en reste pas moins un cas flagrant, parmi des milliers d’autres, du prosélytisme islamique dans notre pays et de son arrogance conquérante. Le retraité algérien a même réagi après coup : « Cela me rappelle l’Algérie, avec le Fis. Les islamistes, ils passaient dans les bus. C’est interdit aujourd’hui en Algérie  ! Et j’entends ça ici ! C’est la première fois. C’est catastrophique ! Il faut réagir. » Et de rajouter, selon une habituelle clause de style révélatrice, confinant au principe de précaution médiatico-politique : « Ce jeune, quand il fait ça, il fait monter le Rassemblement national ! » À part lui, seul un autre sur la cinquantaine de passagers a osé interpeller le chauffeur. Mais c’est le conducteur qui tient le volant : « On est entre ses mains », a fait prudemment valoir une dame âgée à son mari désirant réagir. Image saisissante de la soumission française au « grand remplacement ». Laquelle soumission se vit à des degrés divers. Il en va ainsi pour les boucheries halal ou les coiffeurs non mixtes qui s’implantent de plus en plus exclusivement dans certaines zones sans que leurs habitants aient d’autre alternative que de les subir et les fréquenter. Les muezzins de cette colonisation idéologique, tel ce chauffeur, sont légion. À l’instar des minarets, ce sont autant de signaux politiques ostensibles de l’idéologie islamique, théocratique donc totalitaire. Le symbole d’un marquage territorial visuel, gustatif ou sonore – « C’est mon bus ! » –, d’abord discret ou isolé, mais qui, lorsqu’il est devenu assez massif et puissant par son prosélytisme sans scrupule, tend à évincer toute manifestation contradictoire. Si…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Jean-Michel Beaussant

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
A la uneSociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie
SociétéBioéthique

GPA et filiation (1/4) : La logique marchande, au cœur de la gestation pour autrui 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (1/4) | À l’approche des élections européennes, la question de la gestation pour autrui (GPA) refait surface. Si le droit français a permis jusqu’à maintenant de protéger la femme et l’enfant, une GPA soi-disant « éthique » est pourtant de plus en plus mises en avant par des personnalités et des entreprises étrangères.

+

gpa
Société

Transition de genre des mineurs : les procédures médicales enfin encadrées ?

Décryptage | Alarmé par le développement des traitements hormonaux et chirurgicaux de la transition de genre des enfants et leur impact négatif, le Sénat vient de voter une proposition de loi encadrant ces procédures, à la suite des dispositions prises dans un nombre grandissant de pays. Un pas dans la direction de la protection de la santé et du futur des mineurs concernés.

+

transition de genre mineur
SociétéFin de vie

La mort, honteuse et confisquée

L'Essentiel de Thibaud Collin | De mensonges en manipulations, l’euthanasie s’imposera bientôt par la loi à la société française. À l’origine de cette transgression finale, une vision déformée de la vie et la disparition de l’au-delà qui fondent cette ultime et illusoire tentative de contrôle, souvent en confisquant au mourant la conscience de sa fin.

+

mort fin de vie