Doctrine sociale

SociétéDoctrine sociale

La Réforme protestante est une rupture : entretien avec Miguel Ayuso

Ce 31 octobre commencera l’année consacrée au 500e anniversaire de la Réforme protestante. Le 31 octobre 1517, le moine Martin Luther afficha, en effet, ses 95 thèses sur la porte de l’église du château de Wittemberg, en Allemagne. Aujourd’hui, comme l’écrit La Croix, Luther serait considéré chez les catholiques « non seulement comme un réformateur audacieux mais aussi comme un guide spirituel. &raquo...

+

La Réforme protestante est une rupture : entretien avec Miguel Ayuso L'Homme Nouveau
EgliseDoctrine sociale

La Tempérance au cœur de l’économie

On peut le dire nettement : le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a visé juste en consacrant cette année les conférences de Carême au thème de la solidarité. Crise oblige, c'est, en effet, à un large examen de conscience que nous sommes invités parce que la crise économique que nous vivons ne tient pas seulement à des choix politiques et économiques (qu'il ne faut pas oublier, pourtant), mais aussi à nos propres façons de vivre. Depuis Paul VI, au moins, les papes appellent à un changement de style de vie, dans un monde dominé par l'économie et la consommation. Jean-Paul II et Benoît XVI n'ont pas dit autre chose, mais peu de monde a voulu les entendre. On n'y voyait qu'un prêche de curé pour une meilleure vie personnelle alors qu'il y avait bien également tout un aspect social.
Lors de la deuxième conférence de Carême, la parole a été donnée à deux acteurs : à sœur Cécile Renouard, religieuse de l'Assomption et directrice de programme à l'Essec et à Emmanuel Faber, vice-président du Groupe Danone. Deux cartes de visite qui avaient tout pour nous inquiéter, disons-le franchement : une grande école et un grand groupe de l'agroalimentaire. Mais l'Esprit souffle où il veut et il nous montre avec un certain humour que nous pouvons, nous, être bien en retard dans nos appréciations. Comme pour l'intervention du cardinal Scola, on trouvera le texte des conférences de sœur Cécile Renouard et d'Emmanuel Faber sur Internet (ICI). Je voudrais ici m'arrêter un instant sur l'intervention de sœur Cécile Renouard, sans m'interdire d'ailleurs de revenir, plus tard, sur celle d'Emmanuel Faber. 

+

La Tempérance au cœur de l’économie   L'Homme Nouveau
EgliseDoctrine sociale

A Dieu à Benjamin Guillemaind

 

Nous venons d'apprendre que notre ami et collaborateur Benjamin Guillemaind a été rappelé à Dieu le 6 février, muni des sacrements de l'Église.

Homme profondément bon et humble, doté d'un véritable sens de ce qu'était la doctrine sociale de l'Église, Benjamin Guillemaind nous avait fait l'honneur depuis quelques années de nous donner des articles dans lesquels il défendait cette vision de l'Église sur la vie sociale.

Pendant plus de quarante ans, il avait exercé le métier d’artisan carreleur tout en militant activement pour la diffusion de la doctrine sociale de l’Église. Proche de la Cité catholique de la Rue des Renaudes, auprès de laquelle il avait reçu une riche formation doctrinale, Benjamin Guillemaind avait créé en 1961 Sauvegarde et Promotion des Métiers, pour approfondir l’économie sociale, fondée sur l’entente économique et l’union des classes, et apporter un éclairage chrétien, différent des deux courants dominants conjugués. Il devait aussi animer dans le même esprit Le Journal des artisans sur Radio Courtoisie. Il fut enfin à l’initiative de l’Alliance sociale et l’un des principaux animateurs de ce groupe d’étude et de formation, s’inspirant de la doctrine sociale de l’Église, fondée sur les corps intermédiaires et le principe de compétence (dit de subsidiarité). Dans cette perspective, l’Alliance sociale réfléchit à une réforme de nos institutions et porte son effort sur le secteur professionnel, économique et social.

Toujours curieux et ouvert, Benjamin Guillemaind avait particulièrement bien accueilli nos éditions des livres politiques et économiques de Chesterton comme il avait salué l’édition de Small is toujours beautiful

Il était...

+

A Dieu à Benjamin Guillemaind L'Homme Nouveau
EgliseDoctrine sociale

Le Pape évoque la Seigneurie du Christ

« O Emmanuel, notre Législateur et notre Roi, espérance et salut des nations, viens, Seigneur, viens nous sauver ! » Veni ad salvandum nos !

Extrait d'une ancienne antienne liturgique, citée par le Saint-Père lors du message (cf. ci-dessous) accompagnant la bénédiction Urbi et Orbidu jour de Noël, ce texte nous rappelle, par la voix même du Pape, l'importance de la Seigneurie du Christ sur l'ensemble des réalités humaines.
En 1925, le Pape Pie XI publiait l'encyclique Quas Primas sur le Christ-Roi, rappelant que la royauté du Christ s'étendait non seulement sur les personnes mais aussi sur les institutions. Après le Concile Vatican II, ce qu'on appelait la royauté sociale du Christ est tombée en désuétude. Elle revient doucement aujourd'hui dans le souci de lutter contre le relativisme et dans une perspective anti-totalitaire qui est bien soulignée dans le Compendium de la doctrine sociale de l'Église. Dans le chapitre qui aborde la question de « la Seigneurie de Dieu » et qui en montre certains fondements bibliques, il est écrit :
« Quand le pouvoir humain sort des limites de l'ordre voulu par Dieu, il s'auto-divinise et demande la soumission absolue; il devient alors la Bête de l'Apocalypse, image du pouvoir impérial persécuteur, ivre « du sang des saints et du sang des martyrs de Jésus » (Ap 17, 6). La Bête a, à son service, le « faux prophète » (Ap 19, 20) qui pousse les hommes à l'adorer grâce à des prodiges qui séduisent. Cette vision désigne prophétiquement tous les pièges utilisés par...

+

Le Pape évoque la Seigneurie du Christ L'Homme Nouveau