Drones : la fin des héros

Publié le 11 Mai 2015
Drones : la fin des héros L'Homme Nouveau

Les drones qui survolent ici ou là le territoire, Élysée ou centrale nucléaire – laissant le pauvre flic nez en l’air et 308 Peugeot pied au plancher pour choper la machine volante – et l’actualité cinématographique avec Good Kill, nous rappellent l’omniprésence technologique de ces engins volants. C’est la fin des héros ! Vercingétorix aurait combattu à Gergovie, une cervoise à la main, du fond de sa cahute, le chevalier Bayard n’aurait pas quitté sa couche, tout en chevauchant un destrier numérique, et Napoléon aurait commandé un avatar sur le pont d’Arcole. La guerre de confrontation est terminée, la guerre se fera sans contact. Notre héros guerrier, défenseur de la patrie, vainqueur par la sueur et le sang, affrontant la mort assaut après assaut, peur aux tripes et courage au cœur, est dépassé, ringard. La guerre ne doit plus tuer les soldats. Les civils, pourquoi pas ? Mais pas le soldat. Alors, jeune Français, « fana mili », qui rêvait, belle tête et grand cœur, de servir, d’être officier pilote ou fantassin, que feras-tu demain ? Joystick (manette utilisée dans certains jeux vidéo) à la main, pilote d’ordinateur volant ? Ta vie sera-t-elle un jeu vidéo permanent ? Jeune officier de cavalerie, feras-tu rouler des chars depuis le mess, après avoir conduit les enfants à l’école ? Allez, c’est presque une bonne nouvelle !

Terminé le métier des armes pour le jeune « catho mili », plus d’intérêt pour lui puisque plus besoin de courage et de sacrifice. Il n’y a déjà plus d’honneur de servir. Allez l’ami, c’est une bonne nouvelle ! Laisse la guerre aux addicts des jeux vidéo. Il y a un domaine où les drones ne remplaceront jamais l’homme, c’est celui de la charité. Les drones ne meurent pas sur la Croix et ne disent pas la messe.

Les héros sont morts… vivent les saints.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas