Éducation sexuelle en Écosse : menace sur la liberté de l’enseignement catholique

Publié le 18 Jan 2024
écosse éducation sexuelle

Humza Yousaf, le Premier ministre écossais, musulman d'origine indo-pakistanaise, poursuit la ligne progressiste du gouvernement.

En Écosse, l’éducation sexuelle scolaire a fait l’objet d’une consultation en ligne durant l’été dernier. Cela a mené à un nouveau projet du gouvernement à appliquer dans les écoles, projet qui supprime la protection et la liberté dont bénéficiaient jusque-là les écoles catholiques.

  Le gouvernement écossais a entamé l’été dernier une consultation nationale afin de définir les nouvelles directives concernant l’éducation sexuelle dans les établissements scolaires. Il a publié un nouveau projet de lignes directrices sur l’enseignement des relations, de la santé sexuelle et de la parentalité à appliquer dans les écoles écossaises. Ces nouvelles lignes directrices, publiées en vertu de l’article 56 de la loi de 2000 sur les normes dans les écoles écossaises, sont conçues pour remplacer les lignes directrices antérieures, publiées en 2014. La suppression des paragraphes 38 à 41, concernant la partie « Éducation confessionnelle » et qui protègent explicitement le droit des écoles catholiques à dispenser une éducation sexuelle conforme à l’enseignement catholique, est particulièrement préoccupante. Les évêques écossais ont donc réagi publiquement face à cette omission le 8 novembre dernier : « La Conférence des évêques d’Écosse est à la fois déçue et atterrée par la décision du gouvernement de supprimer toute référence aux écoles catholiques dans son document Guidance on the Delivery of Relationships, Sexual Health and Parenthood (RSHP) Education in Scottish Schools. » Ils ont réclamé « la réinsertion des paragraphes relatifs à l’éducation confessionnelle qui reflétaient précédemment à la fois la protection juridique des écoles à caractère religieux, et le soutien initial du gouvernement écossais à l’enseignement catholique ».  

Invitation à se manifester

L’épiscopat écossais avait aussi invité les différents membres de la communauté éducative catholique à se manifester massivement lors de la consultation en ligne lancée par le gouvernement écossais. Les évêques ont diffusé un certain nombre de documents pour insister sur la liberté des programmes scolaires dans l’enseignement catholique. En Écosse, l’enseignement catholique fait partie intégrante du système éducatif public, mais les écoles catholiques avaient jusqu’à maintenant la possibilité de maîtriser leurs propres enseignements en garantissant des programmes scolaires en accord avec l’enseignement de l’Église, particulièrement sur les questions morales. Mais cette indépendance n’est plus évoquée parmi les dernières propositions du gouvernement. Le projet défendu indique même que « les écoles ont un rôle-clé à jouer pour offrir aux élèves une éducation inclusive, et cela, quelles que soient les croyances ou les valeurs qu’elles professent ».  

Une éducation…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Marie Etcheverry 

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Au Niger : l’humiliation de Washington

Le 16 mars dernier, le Niger a décidé d'annuler l'accord de coopération militaire passé avec les États-Unis, mettant fin à douze ans de présence américaine dans le pays, après le départ des Français fin 2023.

+

niger
SociétéÉducationSpiritualité

Pier Giorgio Frassati, premier de cordée

Initiatives chrétiennes | Établissement scolaire installé dans les Vosges, le collège-lycée Bienheureux-Frassati entend mettre à l’honneur son protecteur du ciel. En avril, il consacrera une journée à ce jeune Italien, proposant la vénération de l’une de ses reliques aux élèves. Mais pourquoi le donner en exemple à de jeunes garçons ? Entretien avec Aymeric Tonnerieux, chef d’établissement.

+

Pier Giorgio Frassati
International

La martingale migratoire italienne

Le 29 janvier, la Cour constitutionnelle albanaise approuvait un projet d’ouverture de centres d’accueil pour migrants, gérés sur le territoire de l’Albanie par les autorités italiennes et aux frais de celles-ci. L’accord entre les deux pays avait été bloqué le 14 décembre dernier à la suite d’un recours devant la Cour constitutionnelle de Tirana déposé par l’opposition albanaise. Cette dernière avait affirmé l’accord violant la Constitution et les conventions internationales. Elle était soutenue par les ONG spécialisées dans l’aide aux migrants.

+

italie