Elle fait encore trembler le Planning Familial

Publié le 30 Mai 2012
Elle fait encore trembler le Planning Familial L'Homme Nouveau

Une vidéo tournée en caméra cachée dans les locaux du Planning Familial américain et publiée hier révèle que le gendercide ne s’est pas arrêté aux frontières de la Chine. Aux Etats-Unis aussi, les filles peuvent être tuées quand leur seul crime est… d’être une fille.

Lila Rose, à 24 ans, a déjà à son actif quelques sueurs froides du Planned Parenthood, Planning Familial de nos camarades d’outre-Atlantique. Cette jeune Américaine militante pro-vie catholique s’était introduite dans les centres dudit organisme avec micros et caméras cachés et avait diffusé les vidéos qui trahissaient les mensonges et graves entorses à la loi de ces champions de l’infanticide. L’organisme, fleuron de l’idéologie féministe, s’était vu retiré ses subventions dans plusieurs des Etats américains et fut attaqué en justice. L’affaire avait fait beaucoup de bruit et la belle jeune femme avait, avec de l’audace, de l’imagination et la foi chevillée au corps, fait trembler cette institution toute-puissante.

gendercide planning familial

Lila Rose annonçait avant-hier sur le site de Live Action, l’association pro-vie qu’elle a créée, la prochaine parution d’une vidéo qui devrait faire passer encore quelques mauvaises nuits au Planned Parenthood. Elle est en ligne sur le site de Live Action.

On y découvre que ce mouvement prétendument féministe est en réalité complice du meurtre de petites filles dont les parents ne veulent pas. Une jeune militante pro-vie s’y fait passer pour enceinte, expliquant qu’elle voudrait avorter s’il s’agit d’une fille et reçoit, de la part de la conseillère du Planned Parenthood non seulement indications et conseils mais aussi encouragements qui lui permettront de mener à bien son projet. La perversité intrinsèque du féminisme et de l’idéologie du Genre dont elle est inséparable est manifeste une fois encore. On tue des filles juste parce qu’elles sont des filles en prétendant œuvrer pour l’égalité des hommes et des femmes. Aussi, le terme de gendercide employé par Lila Rose signifie-t-il tout à la fois meutre en raison du sexe de la personne (traduit par gender en anglais) et meurtre au nom de l’idéologie du Genre.

L’égalité n’est en réalité qu’un concept bien commode pour légitimer le meilleur comme le pire. Le précepte kantien dont se nourrit la pensée actuelle veut que ma liberté s’arrête où commence celle des autres. Et la vie en société, qu’on le veuille ou non, impose certaines limites ou bon vouloir de l’individu. La liberté, donc, ne justifie pas tout. Mais, de mémoire d’homme, on n’a jamais entendu dire que mon égalité s’arrête où commence celle des autres. L’égalité est malléable, relative, infinie, et constitue, en définitive un précieux laissez-passer. On peut tout faire au nom de l’égalité. Même les pires injustices.

Adelaide Pouchol

Adelaide Pouchol

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
A la uneSociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
A la uneSociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie
SociétéBioéthique

GPA et filiation (1/4) : La logique marchande, au cœur de la gestation pour autrui 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (1/4) | À l’approche des élections européennes, la question de la gestation pour autrui (GPA) refait surface. Si le droit français a permis jusqu’à maintenant de protéger la femme et l’enfant, une GPA soi-disant « éthique » est pourtant de plus en plus mises en avant par des personnalités et des entreprises étrangères.

+

gpa
Société

Transition de genre des mineurs : les procédures médicales enfin encadrées ?

Décryptage | Alarmé par le développement des traitements hormonaux et chirurgicaux de la transition de genre des enfants et leur impact négatif, le Sénat vient de voter une proposition de loi encadrant ces procédures, à la suite des dispositions prises dans un nombre grandissant de pays. Un pas dans la direction de la protection de la santé et du futur des mineurs concernés.

+

transition de genre mineur
SociétéFin de vie

La mort, honteuse et confisquée

L'Essentiel de Thibaud Collin | De mensonges en manipulations, l’euthanasie s’imposera bientôt par la loi à la société française. À l’origine de cette transgression finale, une vision déformée de la vie et la disparition de l’au-delà qui fondent cette ultime et illusoire tentative de contrôle, souvent en confisquant au mourant la conscience de sa fin.

+

mort fin de vie