Enseignement catholique (1/4) : Le privé catholique sous contrat a déjà perdu la guerre scolaire 

Publié le 06 Fév 2024
école privée

© Pixabay / 14995841

La polémique entretenue autour des choix personnels du ministre de l’Éducation nationale n’est guère qu’une escarmouche médiatique. Elle ne dit rien de l’assujettissement de l’enseignement catholique sous contrat à l’État et occulte les objectifs réels des parents qui font ce choix.

  Quand l’actuel ministre de l’Éducation nationale a été sommé de donner les raisons pour lesquelles ses enfants étaient inscrits dans un établissement privé sous contrat, il n’a invoqué ni la liberté de choix ni des convictions religieuses. Cela illustre parfaitement le fait que la liberté d’enseignement et l’identité catholique ne pèsent guère dans la préférence exprimée par de nombreux parents pour le privé. Cette misérable affaire médiatique a été l’occasion pour certains idéologues de réclamer à nouveau l’arrêt du financement public des établissements privés. Comme si les parents d’élèves qui y sont scolarisés n’étaient pas des contribuables comme les autres… En fait, qu’elle soit ouverte ou larvée, la guerre scolaire n’a jamais cessé depuis au moins 150 ans.   

Le cadre de la loi Debré

La loi Debré (du 31 décembre 1959, plusieurs fois modifiée entre 1971 et 1998, transposée, en droit constant, dans le Code de l’éducation en juin 2000) établit le cadre, toujours actuel, des relations des établissements privés d’enseignement avec l’État : elle fut incontestablement un tournant. D’une part, elle proclama explicitement la liberté de l’enseignement, son exercice devant être garanti par l’État. D’autre part, en leur octroyant des subsides, elle vint à la rescousse financière d’établissements privés dont certains étaient en difficulté. En effet, la loi du 5 juillet 1904 avait interdit d’enseignement les congrégations religieuses, autorisant cependant les établissements dont le corps enseignant serait sécularisé. Outre que cela conduisit à la fermeture de nombreuses écoles, cette mesure visait, au moins indirectement, à l’élimination à terme de l’enseignement catholique, puisque ses coûts de fonctionnement ne pouvaient qu’augmenter en raison du remplacement des ecclésiastiques (très peu voire pas du tout payés) par des laïcs (ayant souvent charge de famille et devant être correctement rémunérés). Pour autant, la loi Debré n’a pas permis aux établissements officiellement catholiques de rester ou de redevenir pleinement catholiques.   

Des établissements privés… de liberté 

Car le soutien apporté par l’État aux établissements privés signant avec lui un contrat d’association signifie leur inféodation à la puissance politique : la soumission aux programmes de l’Éducation nationale (l’instruction religieuse étant optionnelle) et la surveillance par des inspections académiques. Quant à…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Guillaume Bernard

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« Les Survivants » : lutter sans renforcer le système ?

La récente action d’éclat du collectif anti-avortement « Les Survivants » a eu essentiellement comme effet la fermeture de son site Internet. Reposant sur un « coup de com », elle pourrait coûter cher à certains militants. L’occasion de se poser la question des moyens, des fins et des résultats de la lutte contre l'avortement de ces cinquante dernières années.

+

survivants
A la uneChroniquesSociété

Providence, conversion et nature politique

L'Essentiel de Joël Hautebert | Ainsi que le disait Jeanne d’Arc elle-même, « les hommes d’armes combattent et Dieu donne la victoire », nous exhortant par là à résister à la décadence contemporaine sans attendre de miracle ni espérer de renversement immédiatement visible. Car c’est ainsi que fonctionnent la nature et la grâce, dans les individus comme dans les civilisations.

+

providence nature politique
SociétéÉducation

L’Institut Saint-Joseph : éduquer les enfants, épauler les parents

Initiatives chrétiennes | S’appuyant sur les principes de l’éducation intégrale, un nouveau collège a vu le jour en Provence en septembre. Ses fondateurs ont la volonté de développer la personne dans toutes ses dimensions, en particulier spirituelle, et de se faire les relais de l’éducation familiale. Entretien avec Louis et Sophie Olivier, fondateurs de l’Institut Saint-Joseph au Barroux.

+

institut saint-joseph école