Équateur : À Alausí, les Oblates de Saint-François de Sales viennent en aide aux habitants sinistrés

Publié le 12 Jan 2024
alausí

© CC BY-SA 3.0 / Jen

La ville d’Alausí, en Équateur, a subi un important glissement de terrain le 26 mars dernier. Près d’un an après, la reprise d’une vie ordinaire reste difficile en raison du manque d’aide étatique. Sur place, les Oblates de Saint-François de Sales sont restées pour aider de leur mieux.

 

Au cœur de la ville montagneuse d’Alausí, en Équateur, les Sœurs Oblates de Saint-François de Sales dirigent une école qui a été profondément touchée par un glissement de terrain survenu le 26 mars. Depuis cet événement tragique, Sœur Klara-Maria Falzberger, Autrichienne et membre de cet ordre, se rend fréquemment à Alausí pour apporter des produits de première nécessité et donner de l’espérance. 

Le voyage de Sœur Klara-Maria commence tôt le matin, à 4h30, depuis Quito, où elle réside depuis 1997. Son pick-up est chargé de denrées alimentaires, de couvertures et d’autres produits essentiels nécessaires aux personnes touchées par le glissement de terrain. La distance jusqu’à Alausí, située à 400 km de la capitale, nécessite huit heures de trajet. Ce périple, qui aurait pris cinq heures auparavant, a été rallongé en raison du glissement de terrain qui a frappé cette ville où les Sœurs Oblates de Saint-François de Sales dirigent une école. 

 

Rester pour soutenir les habitants

La tragédie a frappé Alausí de manière soudaine. Sœur Klara-Maria partage le témoignage d’un professeur de l’école de Quito dont les parents résident à Alausí : « La montagne s’est effondrée et je ne sais pas ce qui est arrivé à ma famille ». Les Sœurs Oblates à Alausí ont décrit la situation chaotique avec un tremblement de terre, une coupure de courant, des gens dans les rues criant, et un nuage de poussière.  

Partir n’était pas une option pour les Oblates. Immédiatement après le glissement de terrain, cinq religieuses sont restées à Alausí pour prendre soin des habitants. Bien que l’école n’ait pas été initialement habitable, elles ont déménagé temporairement dans la ville de Sibambe, située à environ 30 kilomètres. Cependant, la fermeture définitive de l’école n’a jamais été envisagée, car les habitants ont expressément demandé que les religieuses restent avec eux malgré le danger persistant. 

 

Un difficile retour à la vie quotidienne

La vie quotidienne reprend lentement à Alausí, bien que de nombreuses familles soient toujours sans abri. La population locale a pris l’initiative de reconstruire le village, stabilisant les zones touchées en attendant l’aide du gouvernement. Cependant, les secours d’urgence ont été suspendus par le gouvernement équatorien fin juin, incitant la communauté à prendre des mesures indépendantes pour se reconstruire. 

Les religieuses ont joué un rôle crucial en restant auprès des habitants d’Alausí pour les soutenir. Sœur Klara-Maria note que, bien que les familles évitent souvent de discuter de la tragédie, il existe une forme d’indifférence presque inhumaine qui a remplacé le désespoir initial. Les religieuses fournissent un soutien humain en écoutant et en offrant une présence réconfortante. 

La reconstruction de la vie quotidienne à Alausí est une priorité pour les Oblates. Initialement, les cours étaient dispensés virtuellement, mais les religieuses ont rapidement cherché à rétablir une certaine normalité. Elles ont pris contact avec tous les élèves, s’informant de leur santé, de leur domicile et de leurs pertes éventuelles. Les enfants, particulièrement affectés, ont besoin de distractions et de soutien pour reprendre une vie normale malgré les pertes tragiques. 

Trois mois après le glissement de terrain, les travaux de récupération ont été interrompus, avec 65 victimes récupérées jusqu’à présent. Cependant, au moins dix personnes resteront ensevelies à jamais, sous les 40 mètres de terre recouvrant Nuevo-Alausí. Malgré l’évacuation initiale de certains habitants, beaucoup sont retournés dans l’espoir de reconstruire leur vie dans leur communauté d’origine. 

Malgré les défis, un sentiment d’espoir émerge à Alausí. La solidarité de la population et le soutien des Oblates ont redonné de l’énergie à la ville meurtrie. Les lettres d’encouragement des élèves d’autres écoles et les collectes de fonds organisées par les Sœurs ont apporté un réconfort précieux. Sœur Klara-Maria insiste sur l’importance de l’entraide dans ces moments difficiles, soulignant que la solidarité illumine les vies de ceux qui pensent avoir tout perdu. La reconstruction continue à Alausí, portée par l’espoir et la force communautaire. 

 

>> à lire également : Cheminer vers le Salut avec la petite fille Espérance 

Solène Grange

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche