L’amnistie, le séparatisme catalan et le chaos constitutionnel en Espagne

Publié le 08 Déc 2023
Espagne Pedro Sanchez amnistie

Pedro Sánchez, président du gouvernement © Government of Spain

En Espagne, après l’investiture de Pedro Sánchez comme président du gouvernement et l’amnistie de nombreux militants séparatistes catalans, le directeur de l’agence Faro, Luis Infantes, nous éclaire sur la situation politique et sociale, et le chaos constitutionnel qui agite le pays. 

  La situation politique en Espagne est confuse, après l’investiture, au Congrès des députés, du président par intérim du gouvernement, Pedro Sánchez, qui obtient ainsi un nouveau mandat avec les voix du Parti socialiste et d’une apparemment grande variété de partis politiques, certains de gauche, d’autres séparatistes. Pour obtenir les voix des séparatistes catalans (en réalité anti-catalans), les socialistes de Sánchez ont accordé pratiquement tout ce qu’ils demandaient, y compris une large amnistie pour les crimes de sédition, économiques et de terrorisme commis par leurs dirigeants et militants. L’indignation face à ces crimes et à d’autres abus a conduit des centaines de milliers d’Espagnols à manifester dans les rues. Mais à l’exception de quelques-unes, ces protestations sont aussi vaines que contradictoires. Voyons.  

Séparatisme et non indépendantisme

Le début de ce processus séparatiste est généralement fixé en 2017. Il faut le qualifier de séparatiste et non d’« indépendantiste », car il n’y a pas d’indépendance à récupérer, mais il s’agit plutôt de séparer des régions qui ont toujours fait partie de l’Espagne, qui y sont nées : la Catalogne est née au sein de la Couronne d’Aragon, sans avoir existé auparavant. En 2017, le directeur de L’Homme Nouveau, Philippe Maxence, m’avait interrogé sur ces événements. Dans une de mes réponses, j’avais souligné que cette situation avait ses racines dans la Constitution de 1978, qui favorise et encourage le séparatisme, et dans les Statuts d’Autonomie ultérieurs. Aussi, l’appel à la plupart des manifestations contre l’amnistie en cours a été lancé par les partis de la droite libérale, le Parti populaire et sa scission Vox, ou par des organisations de façade de ce dernier. Ces partis constitutionnalistes promeuvent l’idée – absolument fausse – que les actions juridiques du gouvernement sont inconstitutionnelles et que la Constitution susmentionnée est bonne et garantit l’unité du pays.  

Une Espagne fragmentée

Des auteurs comme Juan Manuel de Prada ou Manuel Sanjuán ont récemment rappelé dans les journaux ABC et La Esperanza que le texte constitutionnel avait été rédigé de manière à permettre toute interprétation au goût de ceux qui contrôlent les…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Luis Infante (Agence Faro)

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

L’Iran : un preneur d’otages non déclaré

Le jeudi 13 juin, le Français Louis Arnaud était libéré des prisons iraniennes et rentrait en France. Son nom ne dit pas grand-chose au public. Touriste de passage en terre perse, il était pourtant détenu depuis deux ans par le régime iranien, arrêté avec des compagnons de voyage européens sous le prétexte qu’ils auraient participé à des manifestations de l’opposition locale.

+

iran otage
International

L’Afrique du Sud entre passion et raison

Les élections générales en Afrique du Sud avaient lieu fin mai. L'African National Congress, parti historique de Nelson Mandela et au pouvoir depuis 1994, reste premier, mais avec seulement 40 % des voix. Le deuxième parti est dirigé par un Blanc, et le troisième par Jacob Zuma, ancien président du pays.

+

Afrique du Sud
International

Le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile

Décryptage | Le 10 avril, le Parlement européen adoptait un nouveau règlement pour gérer l’immigration : « le Pacte sur la migration et l’asile » dans l’Union européenne. Le 14 mai, les chefs d’État de l’Union le validaient en grande pompe. Sans être complètement mauvais, on peut douter que le pacte suffise à gérer la pression démographique exercée sur l’Union européenne. Simplement parce qu’il ne comble pas, ou mal, les failles du dispositif législatif en vigueur. Néanmoins, la vraie nouveauté est l’installation d’un système de filtrage aux frontières extérieures de l’Europe, y compris dans les aéroports.

+

Hongrie migration
International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes