Et les harkis de Vendée et de l’utérus ?

Publié le 27 Sep 2016
Et les harkis de Vendée et de l'utérus ? L'Homme Nouveau

En France, tous les Présidents font ça : reconnaître les erreurs de l’Histoire en justifiant leur propre bilan, généralement catastrophique. Monsieur le Président, soyons beaux joueurs, le coup de la reconnaissance des harkis c’était vraiment bien, un peu électoraliste, mais bien quand même. Ça ne transformera pas le quinquennat en un flamboyant moment de gouvernance, mais il était juste de le faire. Que nous votions pour vous aux prochaines échéances n’est pas encore gagné, mais si vous continuez sur cette voie, pourquoi pas ?

D’autres repentances

Sur ce registre de la repentance pour vous garantir nos suffrages, il y en a une que nous attendons : celle du massacre des Vendéens, les colonnes infernales et l’effroyable cohorte des pillages, tortures, viols et crimes de masse ainsi que guillotine, et toutes les douceurs des révolutionnaires assez taquins en ces temps-là. Il serait intéressant qu’aux Lucs par exemple, où femmes et enfants furent brûlés dans l’église du village par les Bleus, vous engagiez la responsabilité de la France, des loges et des Lumières. Que vous reconnaissiez, comme Président, que les droits de l’homme dont nous sommes très fiers trempent, depuis plus de deux cents ans, dans un bain de sang et d’horreur. Vous pourriez finir la soirée au Puy-du-Fou où vous aurez de nouveaux amis. Les socialistes à la mode y font un tour ces derniers temps.

Cette repentance accomplie, Monsieur le Président, il ne vous en restera plus qu’une à faire. À l’Assemblée, où il fut rendu légal, nous attendons que vous reconnaissiez la responsabilité de la France et des loges (encore !) dans le massacre silencieux des enfants qui n’ont pas eu le droit de naître dans ce pays où censément, depuis la Révolution, « tous les êtres humains naissent libres et égaux en droit »… Allez, Monsieur le Président, les harkis c’était bien… encore un effort !

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
ChroniquesSpiritualité

Les larmes de saint Pierre

Commentaire homélie du Pape | Pendant la messe chrismale du Jeudi Saint, le Pape a prononcé son homélie sur les différents échanges de regards de l'évangile, entre Jésus et les Juifs dans la Synagogue puis entre Jésus et Pierre. C'est par ce regard que Pierre comprend sa trahison.

+

Pierre