Juger un évêque ?

Publié le 24 Nov 2022
Les révélations faites à Lourdes pendant la dernière assemblée générale de la conférence des évêques de France ont mis en lumière le flou qui entoure la procédure à suivre pour le jugement d’un évêque impliqué dans une affaire d’abus sexuel. Éclairage d’un canoniste émérite sur une situation complexe.
Le droit canon est-il adapté et suffisant lorsque des affaires comme les abus sexuels concernent des évêques ?

Il faut d’abord dire que le droit pénal ecclésiastique sort d’un long purgatoire. Lorsque j’ai fait mes études de droit canonique, à la fin des années quatre-vingt-dix, l’étude du livre VI du Code de droit canonique sur les sanctions dans l’Église comme l’étude de la procédure pénale (quatrième partie du livre VII, « Les procès ») nous étaient enseignées parce que cela faisait partie de la matière et du programme, mais tous s’accordaient alors à en affirmer le caractère marginal. Bien entendu, les confesseurs devaient tout de même connaître les péchés dont l’absolution était réservée au Saint-Siège (c’est-à-dire à la Sacrée Pénitencerie), mais il s’agissait alors d’une question de for interne, entre le pénitent et le confesseur, ce dernier devant demander la délégation pour donner l’absolution, tout en conservant bien entendu le secret absolu sur l’identité du pécheur. Il existait aussi des procédures de renvoi de l’état clérical, suite à des crimes ou des délits commis par des clercs (dans l’immense majorité des cas, des prêtres), mais l’Église s’en remettait aux pouvoirs publics pour enquêter, réprimer, juger et condamner ceux de ses ministres qui se rendaient coupables de manquements graves à leurs devoirs. Malheureusement, il y a eu aussi bien des cas où les autorités ecclésiastiques, étant informées des délits et des crimes commis par des clercs soumis à leur autorité, ont préféré ne rien dire, ne pas avertir l’autorité judiciaire, et se sont contentées de transférer les coupables à un office moins exposé. Certains ont aussi péché par omission, par négligence, ou ont traité ces affaires avec une désinvolture coupable. Le scandale provoqué par les abus sexuels perpétrés par des prêtres sur des mineurs a manifesté l’impérieux besoin de rompre avec la loi du silence et a permis de revaloriser la dimension punitive et répressive du droit ecclésiastique. Se pose aussi la question de la responsabilité judiciaire de ces évêques qui ont été négligents ou qui se sont rendus coupables de complicité passive avec le mal. Enfin il y a aussi le cas…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Père Laurent-Marie Pocquet du Haut-Jussé +

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Le diocèse de Bayonne sous surveillance

Le 27 mai dernier, monseigneur Marc Aillet, évêque du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron, annonçait dans un communiqué officiel une nouvelle « visite fraternelle » de Mgr Antoine Hérouard, archevêque de Dijon, pour rencontrer l’évêque mais aussi ses collaborateurs clercs et laïcs ainsi que ceux qui exercent des responsabilités diocésaines. Lorsque le Vatican reçoit un certain nombre de plaintes, il peut en effet demander une visite « extraordinaire », « fraternelle » ou bien « apostolique » dans un diocèse. 

+

bayonne
EgliseMagistère

Credo : Un antidote à la confusion doctrinale

Initiatives chrétiennes | Lors d’un récent séjour en France, Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana au Kazakhstan, est venu présenter l’édition français de son dernier livre, Credo. Compendium de la Foi catholique [1]. Lors de son passage dans les locaux de L’Homme Nouveau, il a expliqué les raisons cruciales de cette publication.

+

credo
EglisePatrimoine

Saint-Saturnin de Merville, une restauration exemplaire

Initiatives chrétiennes | C'est grâce à une association dynamique qu'une église de la région de Toulouse est en train d'achever sa remise en état, avec la restauration d'une grande peinture. Un modèle à suivre, avec des fonds provenant des adhérents mais aussi de généreux dona-teurs, une vraie vie paroissiale, un patrimoine mis en valeur, une communication efficace et des acteurs locaux dévoués. Entretien avec Laurent Toffanello, trésorier-adjoint de l’association « les Amis de Saint-Saturnin » et responsable du suivi de la restauration.

+

saint-saturnin
EgliseLiturgie

Le Grand Sacre d’Angers fête les 10 ans de son renouveau !

Avec une tradition remontant à près de huit siècles, le Grand Sacre rassemblait chaque année des dizaines de milliers de croyants. Des fidèles, des clercs et des personnalités politiques défilaient en procession dans les rues d'Angers pour vénérer le Très Saint Sacrement. Cette ancienne tradition avait été abandonnée après le concile Vatican II, mais en 2013, la Fraternité Saint Pie X l'a relancée.

+

adoration saint sacrement mission grand sacre
EgliseLiturgie

Le temps du Sacré Cœur

L'esprit de la liturgie | Dévotion ancienne, célébrée par saint Jean Eudes, confirmée par les apparitions de sainte Marguerite-Marie, développée et soutenue par les papes, le culte du Sacré Cœur fut finalement officialisé par une fête, célébrée après la fin du Temps pascal.

+

sacré cœur