Exproprié par l’impot

Exproprié par l'impot L'Homme Nouveau

La taxe foncière du propriétaire d’un terrain de plus de trois hectares est passée de 471 euros à plus de 70 000 euros… juste une petite augmentation de 15 000 % !

Oui, vous avez bien lu, il n’y a pas d’erreur sur le nombre de zéros. Partout dans ce pays, des propriétaires ont vu leur taxe foncière exploser au point que la charge peut devenir insupportable. Le sujet a fait blablater sur les chaînes d’info pendant une journée. Le gouvernement se défend et rassure… Cour des comptes, ajustement, commissions et zou on passe à autre chose. Mais ce que ces salopards manigancent dépasse largement le problème de l’impôt. C’est un changement de société majeur et dissimulé : rien de moins que la remise en cause du principe de propriété privée et la possibilité par la loi d’exproprier par l’étouffement fiscal. Redoutable logique ! Le dernier bastion d’un monde qu’ils foutent à terre depuis des décennies devait lui aussi tomber. La laïcité pour expulser Dieu de nos âmes, la technocratie européenne pour arracher la France de nos cœurs, le divorce, le mariage gay, GPA et PMA pour briser tout sens de la famille… Il restait quelques endroits où l’homme debout  disait : « Ici c’est chez moi », où la femme, forte de sa gouvernance, donnait les règles de la maison. Il y avait des espaces de liberté qui échappaient, qui résistaient à l’idéologie dominante. Nous étions encore trop à pouvoir, en famille, chez nous, au coin du feu, lire, débattre, s’instruire et s’opposer.

L’homme debout, fier de son domaine, Dieu dans l’âme, France au cœur, bibliothèque au salon et terre au pied et, pourquoi pas fusil en main, est insupportable à ce monde… Je suis Jean Chouan !

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | L’essentiel, c’est l’affichage

En deux minutes devant la machine à café de l’entreprise, j’ai compté quarante-deux affichettes sur le palier où je déambulais. Près de trois mètres carrés occupés par des avis en tout genre, obligations, interdictions, sensibilisations et autres annonces syndicales. Autant le papier peint nécessite un rafraichissement, autant ce patchwork informatif en camaï...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | L’essentiel
Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | Refuser les règles

On ne peut plus rien dire à la télé. La réalité est islamophobe, les statistiques sont patriarcales, les faits divers une incitation à la haine. Depuis un demi-siècle, c’est acté : tout constat public hors progressisme officiel doit être précautionneusement entouré d’une couche de vaseline oratoire, saupoudrée de paratonnerres à amalgame. On fait gaffe à ce qu’on dit, on évite...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | Refuser les règles L'Homme Nouveau