Le fascisme : une doctrine politique antichrétienne

Publié le 23 Mar 2024
Le fascisme, une doctrine antichrétienne

© CC BY-SA 4.0, L'Illustration.

Détourné de son sens, le terme « fascisme » est utilisé pour ostraciser tout ce qui semblerait faire obstacles aux démocraties, visant entre autres les défenseurs de l’ordre naturel et chrétien. Un contresens complet – le fascisme étant par essence révolutionnaire, totalitaire et païen – qui sert pourtant d’arme politique depuis des décennies. Démonstration.

  Il arrive trop souvent que la signification exacte d’une dénomination politique soit profondément altérée par son usage courant, sciemment voulu pour des raisons politiciennes. Ainsi François Furet avait-il souligné le « caractère quasi sacramentel depuis la Seconde Guerre mondiale » (1) de l’identification du combat démocratie/antidémocratie au combat fascisme/antifascisme. L’Union soviétique étant dans le camp des vainqueurs, tous ceux qui la critiquaient et qui n’étaient ni libéraux ni de gauche étaient nécessairement fascistes. « Le terme fasciste a été, au fur et à mesure, utilisé de façon toujours plus indistincte et générique » (2), observe l’historien du fascisme Renzo De Felice. Le général Franco, Salazar, Pinochet, Jean-Marie Le Pen, récemment Javier Milei… la liste est longue des mouvements et des hommes politiques qui ont subi et subissent encore l’anathème.   

Un mouvement révolutionnaire

Cette accusation est généralement purement mensongère, surtout lorsqu’elle vise les défenseurs de l’ordre naturel et chrétien. En effet, à l’image de son fondateur et chef, Benito Mussolini, le fascisme est un mouvement qui s’affirme révolutionnaire, puisant ses racines dans le socialisme (3) et la Révolution française. Précisons tout de suite qu’il n’y a pas de fascisme supranational (4) et qu’au sens strict, il n’est qu’un mouvement politique italien, même s’il exerça des influences évidentes dans d’autres pays, principalement dans les années 1930.  La Révolution française est la matrice de toutes les révolutions suivantes, bolchevique, fasciste et national-socialiste. Dans tous les cas, nous trouvons l’idée de transformation radicale de la société en vue de la création d’un homme nouveau. Selon Frédéric Le Moal, auteur d’une excellente Histoire du fascisme, Mussolini « suivit toute sa vie un dessein politique qui le déporta du socialisme au fascisme sans un reniement personnel profond, une ligne construite autour du même projet : remodeler la nature de l’être humain » (5). Son antilibéralisme l’incita, nous dit aussi François Furet, à « en finir avec le bourgeois au nom de l’homme nouveau » (6). Il vit dans la guerre (l’Italie y entra en 1915) un moyen de réaliser la révolution qu’il désirait.  

Une conception idéaliste de l’État

Ce projet révolutionnaire s’appuyait aussi sur le nationalisme…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Joël Hautebert

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
ChroniquesSpiritualité

Les larmes de saint Pierre

Commentaire homélie du Pape | Pendant la messe chrismale du Jeudi Saint, le Pape a prononcé son homélie sur les différents échanges de regards de l'évangile, entre Jésus et les Juifs dans la Synagogue puis entre Jésus et Pierre. C'est par ce regard que Pierre comprend sa trahison.

+

Pierre