Feiz e Breizh : une tradition vivante en Bretagne

Publié le 26 Oct 2022

Entretien avec Bertrand de Tinténiac, Président de « Feiz e Breizh »

Le succès de « Feiz e Breizh » donne raison à son existence. Quelle en est l’origine ?

« Feiz e Breizh » naît d’une histoire d’amitié. Nous avons voulu organiser un pèlerinage familial et enraciné dans la tradition liturgique. Seulement quatre au début, nous sommes rapidement passés à 15 et nous avons voulu faire un pèlerinage qui ait de l’allure. Nous aimons cette chrétienté en marche, qui se montre et arrête de se cacher. Nous sommes galvanisés par les oriflammes qui volent au vent, les chants dans la cité. Nous avons donc créé une association, « Feiz e Breizh », « Foi en Bretagne », pour nous étendre au-delà de nos familles. Une symbiose s’est créée, fondée sur le désir de faire quelque chose qui ressemble à ce que nous sommes. La première édition a eu lieu en 2018, rassemblant 150 personnes. Cette année nous étions 480 à faire toute la route, et environ 1 200 à la messe du dimanche. C’est une forte hausse puisque l’année dernière nous étions 320 à marcher.

Une telle affluence autour de la messe traditionnelle semble paradoxale depuis la publication il y a un an de Traditionis Custodes.

Cette question est au cœur de nos préoccupations. La bienveillance de Mgr Centène, évêque de Vannes, est cependant indéniable. Interrogé sur le bivouac, il a parlé de manière très belle et courageuse, soulignant la moyenne d’âge de nos pèlerins et voyant en eux une forme de l’avenir de l’Église. Il nous donne une crédibilité importante vis-à-vis des congrégations et des diocèses, qui ne peuvent pas nous regarder seulement comme un îlot de résistance, hors du temps ou passéiste : Monseigneur nous donne sa bénédiction en reconnaissant que notre œuvre est réellement missionnaire. Grâce à lui, la basilique nous est ouverte et nous n’avons pas de difficultés aujourd’hui. Mais il ne sera pas toujours là et nous nous sentons évidemment fragiles. Peut-être un jour aurons-nous les portes fermées. Cela ne nous arrêtera pas.

Vous dites avoir créé ce pèlerinage dans une volonté d’enracinement. Quel sens donnez-vous à cette démarche ?

Nous avons défini cet esprit traditionnel dès l’origine, en mettant en avant trois piliers : mission, tradition, patrimoine. La mission est l’idée d’être en marche, d’évangéliser, de sortir de nos églises pour porter nos croix. La tradition se comprend au sens de faire vivre une liturgie multiséculaire, dont la forme met…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Propos recueillis par Anne Figueras

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place