Feu follet

Publié le 26 Sep 2015
Feu follet L'Homme Nouveau

Les Occidentaux – une race en voie d’absorption – se divisent eux-mêmes et, jusqu’à nouvel ordre, en deux catégories. Il y a ceux qui refusent de croire que la population « historique » de l’Europe est en train de vivre, avec le « Grand Remplacement », le premier acte du dernier scénario de son existence en tant que telle. Et puis, il y a les autres. Ceux-là croient, au contraire, à la réalité du globalisme qui les mène à l’abîme. Deux tendances, pour l’instant irréconciliables, mais qui finiront bien par s’entendre sur les ruines encore chaudes de leurs pays respectifs.

Ce jour-là, et pour renforcer le pathétisme, les Américains ajouteront leurs larmes à celles des Européens. Car, grâce à deux rois ennemis, George III et Louis XVI, ces Américains sont des Occidentaux, ne l’oublions pas. On leur fait savoir qu’ils appartiennent même, plus que jamais, à cette catégorie d’hommes. La preuve par le tsunami syrien qui enfonce encore un peu plus le Vieux Continent sous sa mauvaise conscience, la lâcheté de ses dirigeants et une intoxication savamment programmée : les Américains reçoivent de plein fouet les vagues de ce tsunami car ils sont impérativement invités par le globalisme à rejoindre ce nouveau radeau de la Méduse qui symbolise si bien l’Occident dans son ultime phase. On les y pousse, on les y contraint, on les y conduit par le drame, la compassion, l’horreur. Des articles saignants, des photos crues, des vidéos insupportables. Des foules en danger, des enfants qui meurent, des femmes qui implorent. Le problème échappe aux Européens. Il devient global. Nous y sommes : global. L’orchestration est en place. Réticent au début, le Président Obama y va maintenant de sa « part d’hospitalité ». Les États-Unis accueilleront 10 000 réfugiés syriens. Ils seront 50 000 dans deux ans et 100 000 dans cinq. Tant pis pour les risques de terrorisme. Et tant pis si l’immigration s’impose déjà comme un fléau. Puisqu’on vous dit que le Grand Remplacement n’est qu’un feu follet – un de plus – dans la fantasmagorie réactionnaire.

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesPhilosophie

Nietzsche : Généalogie historique ou continuités illusoires ?

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 4 | L’une des thèses principales du philosophe allemand prétend établir des filiations historiques et morales entre Rome, la Renaissance et Napoléon, la Judée, la Réforme et la Révolution française. Interprétation simplistes, ces continuités ne résistent pas à l’examen. Quatrième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (2)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 3 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.Faisant un mauvais procès au christianisme, Nietzsche l’accuse d’être une religion de failles, accusation démontée par la vie même du Christ, celle de saint Paul et celle que mènent les moines. Troisième volet de notre présentation de la philosophie nitzschéenne (article 1 et article 2 à retrouver sur notre site).

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesSociétéPhilosophie

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (1)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 2 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin