Feu follet

Publié le 26 Sep 2015
Feu follet L'Homme Nouveau

Les Occidentaux – une race en voie d’absorption – se divisent eux-mêmes et, jusqu’à nouvel ordre, en deux catégories. Il y a ceux qui refusent de croire que la population « historique » de l’Europe est en train de vivre, avec le « Grand Remplacement », le premier acte du dernier scénario de son existence en tant que telle. Et puis, il y a les autres. Ceux-là croient, au contraire, à la réalité du globalisme qui les mène à l’abîme. Deux tendances, pour l’instant irréconciliables, mais qui finiront bien par s’entendre sur les ruines encore chaudes de leurs pays respectifs.

Ce jour-là, et pour renforcer le pathétisme, les Américains ajouteront leurs larmes à celles des Européens. Car, grâce à deux rois ennemis, George III et Louis XVI, ces Américains sont des Occidentaux, ne l’oublions pas. On leur fait savoir qu’ils appartiennent même, plus que jamais, à cette catégorie d’hommes. La preuve par le tsunami syrien qui enfonce encore un peu plus le Vieux Continent sous sa mauvaise conscience, la lâcheté de ses dirigeants et une intoxication savamment programmée : les Américains reçoivent de plein fouet les vagues de ce tsunami car ils sont impérativement invités par le globalisme à rejoindre ce nouveau radeau de la Méduse qui symbolise si bien l’Occident dans son ultime phase. On les y pousse, on les y contraint, on les y conduit par le drame, la compassion, l’horreur. Des articles saignants, des photos crues, des vidéos insupportables. Des foules en danger, des enfants qui meurent, des femmes qui implorent. Le problème échappe aux Européens. Il devient global. Nous y sommes : global. L’orchestration est en place. Réticent au début, le Président Obama y va maintenant de sa « part d’hospitalité ». Les États-Unis accueilleront 10 000 réfugiés syriens. Ils seront 50 000 dans deux ans et 100 000 dans cinq. Tant pis pour les risques de terrorisme. Et tant pis si l’immigration s’impose déjà comme un fléau. Puisqu’on vous dit que le Grand Remplacement n’est qu’un feu follet – un de plus – dans la fantasmagorie réactionnaire.

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesSpiritualité

L’acédie, ou le dégoût du surnaturel

Commentaire audience du Pape | Ce 14 février, jour du mercredi des Cendres, le pape François évoquait l'acédie, cet état de tiédeur et de dégoût qui mène à la mort spirituelle. Cette audience faisait suite à sa catéchèse des vices et vertus, entamée en décembre dernier.

+

acédie
ChroniquesÉducation

L’enseignement catholique et la République : une impasse ?

L'Essentiel de Thibaud Collin | Les affaires médiatiques récentes ont le mérite de montrer comment l’État accule l’enseignement catholique sous contrat dans l’impasse des « valeurs de la République ». Mais nos évêques semblent ne pas avoir compris les forces à l’œuvre... Un abandon de la théologie politique aux conséquences terribles.

+

enseignement catholique loi debré
ChroniquesEgliseCarême

À travers le désert Dieu nous guide vers la liberté

Commentaire du Pape | Le pape François a adressé un message de Carême à tous les chrétiens le 1er février 2024, intitulé « À travers le désert Dieu nous guide vers la liberté ». L’exode de l’esclavage vers la liberté n’est ni abstrait, ni utopique. Il est concret et, pour que nous ayons un carême fructueux, il faut qu’il soit vrai et non hypocrite, réel et non idéaliste.

+

désert carême liberté
ChroniquesCarême

« Je veux voir Dieu ! » (1/3) : Le retour de la prédication sur les fins dernières

L’association Notre-Dame de Chrétienté, qui organise chaque année à la Pentecôte le pèlerinage de Chrétienté de Paris à Chartres, a choisi pour thème de sa 42e édition (les 18, 19 et 20 mai 2024) le sujet des fins dernières. En ce temps de carême, l’abbé Jean de Massia, aumônier général du pèlerinage, revient sur l’importance de la prédication des fins dernières, et les enjeux de cette doctrine catholique, dans une série de trois articles.

+

shutterstock 1034080006 fins dernières
ChroniquesCarêmeLiturgie

La pause liturgique : Graduel Miserere (Mercredi des cendres)

La pause liturgique Mercredi des Cendres | Le psaume 56 (55 selon la tradition gréco-latine), ou Miserere mei du Mercredi des Cendres est une supplication individuelle dans un contexte particulièrement angoissant. Le psalmiste risque nettement la mort, ses ennemis sont comparés à des lions sans pitié, prêts à dévorer leur proie avec leurs dents acérées comme des lances. Et en même temps c'est un psaume de confiance et même d'absolue confiance puisque la psalmiste n'hésite pas à dire vers la fin de son cantique que son cœur est ferme et à le répéter, comme il a répété sa prière de supplication au tout début : « Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi » « Mon cœur est ferme ô Dieu, mon cœur est ferme ».

+

miserere