Formation en bioéthique à la Fondation Lejeune

Publié le 01 Avr 2017
Formation en bioéthique à la Fondation Lejeune L'Homme Nouveau

La Fondation Lejeune ouvre un Centre de Bioéthique qui proposera des cycles de formation pour tous ceux qui souhaitent s’approprier ces sujets, et veulent acquérir des bases solides pour comprendre les enjeux qui sous-tendent ces questions… Elle souhaite ainsi développer un cycle de formation fondamentale en bioéthique sans se limiter aux thèmes à la mode. Présentation par l’un des professeurs, Mgr Jacques Suaudeau.

Pourquoi un nouveau cursus ?

Mgr Jacques Suaudeau : L’originalité de ce cursus par rapport à ce qui est ordinairement proposé aux étudiants, aux médecins ou aux légistes en matière de bioéthique est qu’il entend éviter trois écueils :

– celui de la bioéthique « subjective », à base de sentiments et d’opinions individuelles, où l’on entend refaire le monde en faisant table rase de tout le travail de réflexion déjà effectué sur les grands thèmes de la bioéthique, et en ne tenant pas compte de l’expérience déjà accumulée à ce propos ;

– celui de la bioéthique-moignon, réduite aux questions de début et de fin de la vie humaine, traitées sommairement ;

– celui de la bioéthique des questions à la mode qui donne une importance démesurée à certaines issues popularisées par les médias de communication, quitte à les oublier aussi vite dès que les médias ont trouvé un autre sujet à sensation à offrir à la curiosité du public.

C’est pourquoi le cursus entend

– donner une formation fondamentale solide sur les bases de la bioéthique, ses principes, sa casuistique, et les documents nationaux et internationaux qui l’expriment ;

– et traiter les différentes questions de bioéthique d’une façon compréhensive, y compris celles qui sont moins souvent abordées, comme les dons d’organes, les transplantations, le handicap, l’eugénisme, les maladies génétiques et chromosomiques, le diagnostic prénatal et le diagnostic préimplantatoire, les thérapies géniques et cellulaires, les maladies dégénératives.

À qui s’adresse-t-il et nécessite-t-il des connaissances préalables ?

Le cursus vise à donner une formation globale et complète de bioéthique à des personnes dont la position sociale et professionnelle leur permettra d’intervenir dans les débats publics et de fournir autour d’eux une information exacte et objective sur les grandes questions posées par le développement des sciences biomédicales.

Ces cycles s’adresseront plus particulièrement aux médecins, étudiants en médecine, universitaires et étudiants. Il est bon que les participants aient au moins des connaissances de base en matière de biologie, mais la biomédecine nécessaire à la compréhension du cours sera communiquée au cours des enseignements.

Quels seront les intervenants et les thèmes abordés ?

Médecin, ayant été chercheur aux NIH (National Institutes of Health, Bethesda, Md, USA) et directeur de la section scientifique de l’Académie pontificale pour la Vie, je traiterai moi-même des fondements de la bioéthique, et des thèmes plus récents comme les thérapies géniques et cellulaires, et les nouvelles biotechnologies.

Les médecins et chercheurs de l’Institut Jérôme Lejeune apporteront leur concours dans le domaine de l’embryologie, de la génétique, du handicap, de l’« enfant parfait », des tests génétiques, et des manipulations génomiques.

Les autres questions, notamment celles de fin de vie, seront traitées par différents autres experts.

Nous prévoyons un cursus traitant l’ensemble des questions de bioéthique, selon dix sections : fondements de la bio­éthique, débuts de la vie humai­ne, fin de la vie humaine, assis­tance à la reproduction, contrôle de la reproduction, dons d’organes et transplantations, géné­tique, manipulations génétiques, thérapie génique, thérapie cellulaire, les nouvelles biotechnologies.

D’autres projets semblables ?

Un important fond de documentation bioéthique, avec une partie biomédicale très poussée, a été transféré récemment à la Fondation Lejeune, qui se charge de l’actualiser. La Fondation assurera l’accès à ce fond en parallèle au déroulement du cursus de bioéthique.

Ce fond sera ouvert à tous ceux qui voudront approfondir ces questions de bioéthique, ou tirer partie de la documentation pour la rédaction de mémoires ou d’articles.

Cette formation aura lieu les mardis de 20 h à 22 h, à compter du 11 avril, à la Fondation Lejeune, 37, rue des Volontaires, 75015 Paris. Prix : 15 €/module (= 3 mardis). Pour s’inscrire : centrebioethique@fondationlejeune.org

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie