Formation en bioéthique à la Fondation Lejeune

Publié le 01 Avr 2017
Formation en bioéthique à la Fondation Lejeune L'Homme Nouveau

La Fondation Lejeune ouvre un Centre de Bioéthique qui proposera des cycles de formation pour tous ceux qui souhaitent s’approprier ces sujets, et veulent acquérir des bases solides pour comprendre les enjeux qui sous-tendent ces questions… Elle souhaite ainsi développer un cycle de formation fondamentale en bioéthique sans se limiter aux thèmes à la mode. Présentation par l’un des professeurs, Mgr Jacques Suaudeau.

Pourquoi un nouveau cursus ?

Mgr Jacques Suaudeau : L’originalité de ce cursus par rapport à ce qui est ordinairement proposé aux étudiants, aux médecins ou aux légistes en matière de bioéthique est qu’il entend éviter trois écueils :

– celui de la bioéthique « subjective », à base de sentiments et d’opinions individuelles, où l’on entend refaire le monde en faisant table rase de tout le travail de réflexion déjà effectué sur les grands thèmes de la bioéthique, et en ne tenant pas compte de l’expérience déjà accumulée à ce propos ;

– celui de la bioéthique-moignon, réduite aux questions de début et de fin de la vie humaine, traitées sommairement ;

– celui de la bioéthique des questions à la mode qui donne une importance démesurée à certaines issues popularisées par les médias de communication, quitte à les oublier aussi vite dès que les médias ont trouvé un autre sujet à sensation à offrir à la curiosité du public.

C’est pourquoi le cursus entend

– donner une formation fondamentale solide sur les bases de la bioéthique, ses principes, sa casuistique, et les documents nationaux et internationaux qui l’expriment ;

– et traiter les différentes questions de bioéthique d’une façon compréhensive, y compris celles qui sont moins souvent abordées, comme les dons d’organes, les transplantations, le handicap, l’eugénisme, les maladies génétiques et chromosomiques, le diagnostic prénatal et le diagnostic préimplantatoire, les thérapies géniques et cellulaires, les maladies dégénératives.

À qui s’adresse-t-il et nécessite-t-il des connaissances préalables ?

Le cursus vise à donner une formation globale et complète de bioéthique à des personnes dont la position sociale et professionnelle leur permettra d’intervenir dans les débats publics et de fournir autour d’eux une information exacte et objective sur les grandes questions posées par le développement des sciences biomédicales.

Ces cycles s’adresseront plus particulièrement aux médecins, étudiants en médecine, universitaires et étudiants. Il est bon que les participants aient au moins des connaissances de base en matière de biologie, mais la biomédecine nécessaire à la compréhension du cours sera communiquée au cours des enseignements.

Quels seront les intervenants et les thèmes abordés ?

Médecin, ayant été chercheur aux NIH (National Institutes of Health, Bethesda, Md, USA) et directeur de la section scientifique de l’Académie pontificale pour la Vie, je traiterai moi-même des fondements de la bioéthique, et des thèmes plus récents comme les thérapies géniques et cellulaires, et les nouvelles biotechnologies.

Les médecins et chercheurs de l’Institut Jérôme Lejeune apporteront leur concours dans le domaine de l’embryologie, de la génétique, du handicap, de l’« enfant parfait », des tests génétiques, et des manipulations génomiques.

Les autres questions, notamment celles de fin de vie, seront traitées par différents autres experts.

Nous prévoyons un cursus traitant l’ensemble des questions de bioéthique, selon dix sections : fondements de la bio­éthique, débuts de la vie humai­ne, fin de la vie humaine, assis­tance à la reproduction, contrôle de la reproduction, dons d’organes et transplantations, géné­tique, manipulations génétiques, thérapie génique, thérapie cellulaire, les nouvelles biotechnologies.

D’autres projets semblables ?

Un important fond de documentation bioéthique, avec une partie biomédicale très poussée, a été transféré récemment à la Fondation Lejeune, qui se charge de l’actualiser. La Fondation assurera l’accès à ce fond en parallèle au déroulement du cursus de bioéthique.

Ce fond sera ouvert à tous ceux qui voudront approfondir ces questions de bioéthique, ou tirer partie de la documentation pour la rédaction de mémoires ou d’articles.

Cette formation aura lieu les mardis de 20 h à 22 h, à compter du 11 avril, à la Fondation Lejeune, 37, rue des Volontaires, 75015 Paris. Prix : 15 €/module (= 3 mardis). Pour s’inscrire : centrebioethique@fondationlejeune.org

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

Crise agricole, les raisons de la colère (1/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 1/3 | Dans cet entretien, Yann de Kérimel dresse le tableau sombre d’une agriculture profondément détraquée, entre le mauvais rôle des institutions censées représenter le secteur, les exigences absurdes et contradictoires de l’Union européenne et des choix de consommation déraisonnables.

+

crise agricole
A la uneSociétéLectures

Juan Branco ou la préparation du coup d’État

L’avocat Juan Branco monopolise l’actualité entre ses prises de position radicales et ses mésaventures dignes d’un « people » : affaire de mœurs, démêlés judiciaires, rivalité entre lui et le nouveau Premier ministre, Gabriel Attal. Un traitement médiatique de ce type mérite sans doute qu’on s’attarde sur le personnage. À 34 ans, Branco possède un parcours étonnant. Son dernier livre, Coup d’État, manuel insurrectionnel, paru en 2023, apporte un éclairage intéressant sur sa pensée.

+

juan branco
SociétéDoctrine socialeLettre Reconstruire

L’Église face au nazisme et au fascisme (II)

Lettre n°33 de Reconstruire - Parmi les tentations totalitaires, le fascisme vient historiquement avant le nazisme et n’a pas exactement connu les mêmes dérives odieuses. Pour autant, il s’insère bien dans une conception non chrétienne de l’homme et de l’État, qui doit tout à la modernité. Cette synthèse du professeur argentin Carlos Sacheri (1933-1974) est extraite de son livre (non publié en français) El Orden natural (1975).

+

fascisme mussolini
Société

Le Rocher, une antidote à la fracture sociale

Initiative chrétienne | Les émeutes violentes de l’été dernier ont tiré une fois de plus la sonnette d’alarme sur l’état de certains quartiers en France. Association qui se consacre à tisser des liens avec les habitants des « banlieues », Le Rocher fait vivre des familles, des étudiants ou des retraités à leur contact. Pierre Thomas, responsable d’Antennes à Roubaix (Nord), explique les objectifs de l’association. 

+

le rocher banlieue cité