Forte mobilisation ce dimanche lors de la Marche pour la vie

Publié le 20 Jan 2014
Forte mobilisation ce dimanche lors de la Marche pour la vie L'Homme Nouveau

Nous reproduisons ci-dessous le communiqué des organisateurs de la Marche pour la vie qui s’est déroulée hier à Paris et qui a remporté un grand succès.

Un record

Les Français ont répondu en grand nombre  à l’appel du collectif  En Marche pour la Vie, ce dimanche 19 janvier. Venus de toute la France, ils étaient près de 40.000 selon le système de comptage mis en place (évaluation de 16h30). Ce chiffre est un record pour ce rendez-vous annuel organisé depuis dix ans. Il est vrai que le soutien de deux personnalités emblématiques a signifié l’importance de cette marche : le Pape François et Jane Roe, égérie de la légalisation de l’avortement aux Etats-Unis (arrêt de la Cour suprême de 1973 Roe /Wade).

Les revendications étaient claires

1/ Le retrait immédiat des amendements litigieux ajoutés en catimini dans le projet de loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes examiné à l’Assemblée dès le 20 janvier et qui ont pour objet :             

  => de supprimer l’état de détresse comme condition pour avorter                           

  => et d’étendre le délit d’entrave à l’avortement.               

2/ L’arrêt des pratiques discriminatoires de sélection prénatale particulièrement développées en France s’agissant des enfants atteints de trisomie 21.                  

3/ La prise en compte par les pouvoirs publics de la réalité du drame de l’avortement et la mise en place d’une véritable politique d’aide aux femmes enceintes en difficulté qui souhaitent poursuivre leur grossesse.

Délégations venues de toute l’Europe

Notons une présence exceptionnelle de personnalités et délégations venues de toute l’Europe (Italie, Pays-Bas, Pologne, Hongrie, Irlande, Portugal, Allemagne…). L’Espagne où un projet de loi sera prochainement voté pour restreindre l’avortement, avait une forte délégation de députés, sénateurs et représentants des grandes associations familiales et pour le respect de la vie. Aujourd’hui, il y a indéniablement un mouvement en Europe qui rappelle que l’avortement est d’abord « une violence à limiter » et non « une liberté ». Ce revirement en faveur de la vie était bel et bien visible dans les rues de Paris.

L’espoir a changé de camps

Cécile Edel, porte-parole de la Marche pour la Vie affirme :

« Cette Marche 2014 montre que l’espoir a changé de camps. L’idéologie libertaire qui nous a imposé l’avortement  comme un droit est maintenant en recul. Dans le conflit qui oppose le droit de l’enfant conçu et le droit de la femme, les regards se portent aujourd’hui enfin sur le pus faible : l’enfant conçu pas encore né. Si les responsables politiques veulent renouer avec les Français, ils doivent d’abord regarder la réalité, il y a trop d’avortements en France. L’Espagne nous montre un chemin de progrès ».

Note de la rédaction à propos de Jane Roe :

A propos de Jane Roe, dont l’exploitation de la situation fit passer l’avortement aux États-Unis, rappelons que L’Homme Nouveau a édité le témoignage de celle-ci, montrant son itinéraire de conversion, de l’avortement à la bataille pour la défense de la vie. Un livre toujours disponible, à lire absolument. 

Qui est Jane Roe : 

couv Jane Roe

Comment la femme qui fut l’emblème de l’avortement aux États-Unis y est-elle devenue la plus célèbre icône du combat pour la vie ? À 21 ans, enceinte pour la troisième fois, Norma McCorvey, pauvre et paumée, devient le prétexte, sous le pseudonyme de Jane Roe, de l’arrêt Roe contre Wade de la Cour suprême qui légalise l’avortement en 1973.

Convertie au christianisme, Norma McCorvey donne dans son livre le récit passionnant, poignant, mais aussi réconfortant de son parcours. Par-delà l’histoire d’une froide manipulation, ce témoignage exceptionnel retrace l’aventure spirituelle d’une femme qui, après avoir connu le mensonge, découvre l’amour de Dieu et de son Évangile de vie.
Un livre-événement dont on ne ressort pas indemne mais qui ouvre aussi toutes grandes les portes de l’espérance.

//www.youtube.com/embed/IgsbsMNf2GI?rel=0
//www.youtube.com/embed/xBLulu1t6F8?rel=0
//www.youtube.com/embed/CkOj7jYj6ws?rel=0

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513