Franc-maçonnerie et politique : Origine et principes de la franc-maçonnerie (3/3)

Publié le 13 Mai 2023
franc-maçonnerie 

Introduite en France par les Anglais, la franc-maçonnerie s’y développa fortement au cours du XVIIIe siècle, mise à la mode par la haute société. Elle diffusa les idées des Lumières et joua un rôle important dans la chute de l’Ancien Régime. Bien que divisée en différentes obédiences, elle a continué jusqu’à nos jours à influer sur l’évolution des lois et des mœurs.   Le 23 juin 2003, Jacques Chirac recevait à l’Élysée les obédiences maçonniques afin de célébrer le 275e anniversaire de l’implantation de la franc-maçonnerie en France. Ces célébrations témoignent de l’ancienneté de l’installation de celle-ci : 1728. La franc-maçonnerie est une société secrète et initiatique. Son existence est rythmée par un rituel complexe qui en exprime les principes. « Ici tout est symbole. » Le rite le plus important est celui du bandeau que porte celui qui sollicite son initiation, le «  profane  ». Celui-ci subit une audition, les yeux bandés, avant que les Frères ne s’expriment sur son admission, par une boule blanche, favorable, ou noire, défavorable. Une fois admis, le profane subit les rites de l’initiation, les yeux toujours bandés. Au terme de ce long rituel, le Vénérable Maître ordonne : «  Que la grande lumière soit et que le bandeau tombe.  » Ce rituel, de caractère religieux, traduit symboliquement la régénération de l’individu initié : «  Que meure le vieil homme et naisse l’initié. » La franc-maçonnerie est d’origine anglaise. Les premières loges françaises ont été fondées par des Anglais, notamment par des exilés jacobites. En 1730, Montesquieu et plusieurs grands seigneurs français furent initiés à Londres. À la même époque, le chevalier de Ramsay, un Écossais, joua un rôle important dans la propagation de la maçonnerie. Au milieu du XVIIIe siècle, le Rite écossais, avec ses hauts grades, est venu compléter le rituel maçonnique. La maçonnerie française s’organisa petit à petit au cours du XVIIIe siècle. Le premier texte réglementaire, Les Devoirs de tous, date de 1735. Le premier « Grand Maître perpétuel » fut élu en 1738. Cependant, l’hostilité du cardinal de Fleury, premier ministre de Louis XV, entrava d’autant plus son développement que le pape Clément XII prononça le 28 avril 1738, par la lettre apostolique In Eminenti apostolatus specula, une condamnation solennelle de la franc-maçonnerie, interdisant aux catholiques d’y appartenir à cause des « très graves dommages qui sont infligés le plus souvent par de telles sociétés ou conventicules non seulement à la tranquillité de la société civile, mais…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Par Philippe PICHOT BRAVARD Maître de conférences H.D.R.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
A la uneSociété

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture