Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Publié le 05 Avr 2024
fraternité euthanasie

La fraternité proclamée aux frontons de nos édifices publics implique-t-elle de tuer son semblable ?

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l’« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »… Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

 
« Nous allons présenter une loi de fraternité qui concilie l’autonomie de l’individu et la solidarité de la Nation. Nous voulons ouvrir la possibilité de demander une aide à mourir dans des conditions strictes. […] Ce sera une vraie révolution d’humanité et de fraternité », déclarait Emmanuel Macron en annonçant la prochaine discussion d’un projet de loi sur « la fin de vie ». Le moins que l’on puisse dire est que ce débat commence fort mal, se plaçant sur le terrain mouvant des mots piégés et des expressions trompeuses qui caractérisent depuis vingt-cinq siècles la rhétorique des sophistes. Le gouvernement est si peu sûr de la valeur morale de son projet qu’il n’ose pas le qualifier avec précision en employant les mots exacts.  

Éliminer les grands malades

Ce que le chef de l’État appelle « accompagner la fin de vie » camoufle en réalité la volonté de légaliser l’euthanasie, c’est-à-dire l’élimination médicale de grands malades, ainsi que le « suicide assisté ». La fin de vie n’a pas attendu, en effet, la présidence d’Emmanuel Macron pour être « accompagnée ». Accompagner ceux qui vont mourir est, en effet, un usage social aussi vieux que le monde, consacré par l’Église qui offre aux agonisants les secours de la religion et la grâce des derniers sacrements. Depuis plusieurs décennies, la médecine se montre, en outre, heureusement, beaucoup plus soucieuse d’écouter et de soulager la souffrance physique des grands malades, usant, pour ce faire, de moyens efficaces, qualifiés de « soins palliatifs », qu’il suffirait de développer en établissant dans chaque département des services dévolus à ces soins. Sophisme supplémentaire, cette loi de légalisation de l’euthanasie est présentée comme une « loi de fraternité », ce qui a fait justement réagir la conférence épiscopale ; Mgr de Moulins-Beaufort soulignant qu’« appeler “loi de fraternité” un texte qui [légalise] le suicide assisté et l’euthanasie est une tromperie ». La fraternité est à l’euthanasie ce que la…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Philippe Pichot Bravard

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson projet de loi fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle