Gamète pour tous

Publié le 23 Août 2013
Au quotidien n° 247 : état de droit et refondation politique L'Homme Nouveau

Le juge aux affaires familiales de Nantes accordait le 27 juillet dernier le droit de visite au père biologique d’un bébé conçu par don de sperme artisanal pour satisfaire le désir d’enfant d’un « couple » de femmes. Cette affaire pourrait bien être le « cas Vincent Humbert » du combat pour la légalisation de la Procréation Médicalement Assistée (PMA), une affaire emblématique qui permette de faire basculer l’opinion lentement mais sûrement…

Marie Humbert, en euthanasiant son fils lourdement handicapé, avait posé un acte parfaitement illégal. L’affaire avait cependant été présentée avec les outils sémantiques habituels (dignité, liberté, etc.) et la mère assassine est rapidement devenue aux yeux du monde femme de courage et de compassion, victime d’une législation rétrograde.

Magali et Flavie, les deux « mères », avaient fait appel à un donneur de sperme en dehors de tout cadre légal, n’imaginant pas que celui qui n’était pour elles qu’un distributeur de gamètes pourrait se revendiquer père. Le don de gamètes est légal en France, pour répondre aux demandes des couples qui peuvent prétendre à la PMA (couples homme/femme mariés ou vivant ensemble depuis plus de deux ans, pouvant justifier d’une infertilité pathologique et la femme ayant moins de 43 ans) mais il doit être gratuit et anonyme. Hors de ce cadre, puisqu’il s’agissait d’un couple lesbien, le père avait tout loisir de reconnaître l’enfant et de revendiquer un droit de visite. Une situation complexe, un chamboulement pour les deux « mères », bref, de quoi revendiquer un projet de loi qui mette un terme à ce type d’imbroglio.

Comme pour l’avortement, le législateur entend faire d’un état de fait un état de droit. Nous avons démasqué le processus depuis bien longtemps, il n’en demeure pas moins redoutablement efficace.

Comme pour l’avortement, là encore, le problème politique se fait problème de santé publique : des femmes mettaient leur vie en danger pour avorter clandestinement, il fallut donc légaliser l’avortement. Des femmes mettent aujourd’hui leur vie en danger, à cause des risques d’infection, en se faisant inséminer artificiellement, il faudra donc légaliser la PMA pour tous. La PMA propre, encadrée, et bien sûr solidaire puisque les donneurs de gamètes sont des volontaires désintéressés qui font cela par pur altruisme…

Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE), sommé d’émettre un avis sur les sujets d’éthique en médecine et biologie, s’est autosaisi de la question de la PMA, quoique le législateur n’ait pas obligation de se soumettre à l’avis dudit Comité… En attendant, la PMA pour tous, qui devait être discutée rapidement après le vote de l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe, a été  reculée à plusieurs reprises. D’abord, sans doute, pour des raisons politiques d’apaisement d’une société largement divisée sur la question du mariage. Ensuite, parce qu’est également prévu, sur le calendrier législatif, la discussion de la légalisation du suicide assisté, deux sujets trop importants pour être traités de front.

Jean-Claude Ameisen, président du Comité consultatif national d’éthique, a annoncé le 2 juillet des états généraux sur la PMA pour 2014, conformément à la loi sur la bioéthique de 2011 qui stipule que le CCNE doit initier des états généraux si une modification de cette loi est envisagée.

Après le problème de santé publique, et si la PMA est ouverte à tous, se posera la question financière. Les militants de la PMA pour tous invoquent déjà la discrimination par l’argent, prétexte qui nous vaut déjà le remboursement par la Sécurité sociale de la contraception et de l’avortement… Même s’il ne s’agit pas d’un problème de santé publique à proprement parler, et quoique la situation économique de la France soit déjà désastreuse, la logique des choses voudrait que le désir d’enfant de « couples » homosexuels soit pris en charge par la collectivité.

La loi, cela dit, n’est pas votée : les dés ne sont pas encore jetés…

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage