Garder la foi dans l’Eglise

Publié le 03 Jan 2023
foi

Très ému à l’annonce du décès de Sa Sainteté Benoît XVI qui a vécu plus d’années dans la retraite, la discrétion totale et la prière intense pour l’Église que sur le Trône de Pierre, je garderai de ce grand serviteur de l’Église un vif souvenir. Un vif souvenir et un encouragement à garder intacte la foi dans la divinité de l’Église en cette période troublée et bien mystérieuse. Benoît XVI s’était nommé lui-même un « humble serviteur dans les vignes du Seigneur ». Je l’ai bien connu à Rome lorsqu’il était préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi. Je me rappelle l’audience avec le cardinal Oddi qui fut à l’origine de l’édition du Catéchisme de l’Église catholique : ces deux grands hommes d’Église débattirent ensemble à ce sujet ; c’était le début des années quatre-vingt… À côté du saint pape Jean-Paul II, puis comme pape, il défendit souvent la foi par des textes du magistère qui resteront dans l’histoire de l’Église. Devant le drame qui se joue encore actuellement dans l’Église, il a voulu être le pape de l’herméneutique de la continuité : mission difficile… Qu’en restera-t-il demain ? La Providence divine le montrera. Avant bien d’autres, Benoît XVI avait compris le grave problème de la réforme liturgique – le nœud du problème, certainement – car si Jean-Paul II a voulu défendre la morale, Benoît XVI le dogme, ces deux piliers de l’Église ne peuvent exister qu’avec une authentique liturgie, lex credendi, lex orandi. Comment ne pas se rappeler les audiences privées d’où l’on sortait toujours ébloui par sa science et admiratif de sa grande bonté. Il avait salué si gentiment mes parents à l’occasion de leur soixante-cinquième anniversaire de mariage. Notre vicaire général, monseigneur Schmitz, a bien connu et apprécié ce grand pape des mains duquel il avait reçu l’ordination sacerdotale, admirant sa grande culture philosophique, théologique et générale, culture exceptionnelle et supérieure, à vrai dire. Les petits-déjeuners qu’il prit avec lui à Rome sont à jamais gravés dans son âme. Que de beaux discours également lors des audiences du mercredi, notamment sur les Pères et les Docteurs de l’Église ! Que de belles encycliques ! Remercions le Ciel de nous l’avoir donné et prions pour que, du Ciel, il intervienne afin que nous soyons, à notre tour, fidèles et dévoués à la Sainte Église, notre mère.   A lire également : Obsèques du pape…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Mgr Gilles Wach, Prieur général de l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre +

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseLiturgie

Pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle, en vue du redressement de l’Église

Jean-Pierre Maugendre, Directeur général de Renaissance catholique, propose une campagne internationale pour la liberté entière de la liturgie traditionnelle. Malgré la déchristianisation croissante de la société et la crise de l'Église, il rappelle que celle-ci peut renaître par le biais de la liturgie traditionnelle, dont la sûreté doctrinale et la transcendance ont sanctifié ceux qui nous ont précédés pendant des siècles, et contribuent encore à de nombreuses conversions. À condition de lui redonner une liberté pleine et entière, et non pas seulement une tolérance restrictive. 

+

liturgie traditionnelle
ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation