Guerres carlistes (2/4) : Conflit de succession et lutte idéologique

Publié le 24 Oct 2023
guerres carlistes

Bataille de la première guerre carliste (1830-1846) par Francisco de Paula Van Halen. Museo del Carlismo, Estella, Navarre.

Trois guerres carlistes déchirèrent l’Espagne à partir de 1833 et jusqu’aux années 1870. Déclenchées par la succession disputée du roi Fernando VII, elles opposèrent des successeurs au trône d’obédience traditionaliste à des souverains libéraux et se prolongèrent par les luttes politiques de la Communion catholico-monarchique jusqu’à l’époque de Franco.

  Les guerres carlistes, qui ont profondément bouleversé l’histoire de la monarchie espagnole pendant trente-cinq ans, en conditionnant lourdement sa configuration politique, ont commencé par un grave conflit de succession qui surgit lorsque le roi Fernando VII procéda à des modifications au moyen de ce qu’on appelle autoacordado, à la fin de son règne, en omettant les exigences légales essen­tielles, les règles de succession à la couronne espagnole, dans le but d’imposer l’accession au trône de sa fille Isabel, au détriment des droits légitimes de son frère, l’infant Carlos María Isidro [1]. Le ressort d’une décision aussi inquiétante fut les desseins de sa quatrième épouse, María Cristina de Borbón-Dos Sicilias, mère de l’infante, qui avait le soutien d’une partie de la Cour et de l’idéologie libérale, déterminée à déposséder du trône le frère du roi parce qu’il était fidèle aux principes directeurs de la monarchie catholique espagnole et adversaire du ferment révolutionnaire que la Constitution de Cadix de 1812 avait introduit en Espagne.  La séquence d’affrontements militaires – les trois guerres carlistes – déclenchée par la mort du roi, le 29 septembre 1833, avait donc une double dimension de facteurs imbriqués : un conflit de succession d’une part, et un conflit public d’ordre juridique et doctrinal d’autre part. Les carlistes défendirent – avec une détermination d’autant plus admirable si l’on considère que les armées qu’ils devaient affronter avaient le soutien exclusif de l’appareil d’État – les droits de leur roi légitime, envers qui ils avaient une exigence sacrée de fidélité, et les principes fondateurs de la monarchie catholique traditionnelle, d’une validité ancienne, qui sont résumés dans la quadruple devise carliste « Dios, Patria, fueros, Rey » [2]. Il y eut cinq rois porte-drapeaux de la légitimité proscrite : Carlos V, Carlos VI, Carlos VII, Jaime III et Alfonso Carlos Ier, avec la mort duquel, le 29 septembre 1936, s’éteignit la ligne directe de la dynastie légitime espagnole, ouvrant une succession juridiquement et politiquement compliquée qui revint à la personne de Javier de Borbón Parma.   

Octobre 1833 – juillet 1840

La première guerre carliste dura d’octobre 1833 à juillet 1840. Dans…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Andrés Gambra, Professeur d’Histoire du droit

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
A la uneSociété

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture