Histoire d’une amitié… bénédictine

Publié le 04 Jan 2023
histoire

Deux versets de l’épître de saint Paul aux Éphésiens me viennent spontanément à l’esprit quand je pense à Benoît XVI, ceux qui évoquent cette capacité à « comprendre, avec tous les saints, ce qu’est la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur, à connaître l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance ». Benoît XVI fut grand par sa charité, aussi aimerais-je vous raconter l’histoire d’amitié entre ce grand homme et notre communauté. La première mention du nom de Ratzinger dans nos chroniques est faite à l’occasion d’une conférence donnée par Jean Madiran au noviciat, le 22 septembre 1984, sur un document du cardinal au sujet de la théologie de la libération et de sa racine marxiste. Cette intervention fut jugée assez importante par les moines pour qu’elle soit notée. À partir de cette date, le nom du cardinal revient sans cesse dans l’histoire de la communauté. À peine trois mois plus tard, en effet, dom Gérard est convoqué par le cardinal Ratzinger qui l’accueille avec une grande bienveillance, lui disant sa volonté ferme que la situation canonique des communautés traditionnelles s’arrange. Je ne peux m’empêcher de remarquer que c’est lui qui a eu l’initiative : nous n’avons fait que répondre à son appel. Ce qui met le cardinal du côté de Dieu dont la Providence a toujours l’initiative. Et il est sûr qu’il a œuvré de toutes ses forces pour éviter la rupture entre Rome et le monde traditionaliste. Il a reçu à maintes reprises monseigneur Lefebvre et a composé les accords de mai 1988. Quand Mgr Lefebvre a démenti sa signature de cet accord, c’est encore le cardinal Ratzinger qui, au cours d’une audience privée avec le pape Jean-Paul II, a obtenu que soit accordé par le Saint-Siège aux communautés désireuses de rester unies à Rome (dont la nôtre) l’usage, en privé et en public, des livres liturgiques en vigueur en 1962, pour les membres des communautés et ceux qui fréquentent leurs maisons. Étaient aussi admis la possibilité de faire appel à un évêque pour conférer les ordres, le droit pour les fidèles de recevoir les sacrements selon les livres de 1962 et la possibilité de développer un rayonnement pastoral par des œuvres d’apostolat en conservant les ministères actuellement assumés (motu proprio Ecclesia Dei). Par ce texte juridique décisif, le cardinal Ratzinger est devenu un membre fondateur de nos communautés, dont une des raisons d’exister est la célébration…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Dom Louis-Marie, Père abbé du Barroux +

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place
EgliseSpiritualité

Lourdes : se plonger dans l’eau vivifiante

Les piscines de Lourdes, dont l'accès avait été interdit au temps du COVID, vont enfin ré-ouvrir, après que les autorités du sanctuaire en ont profité pour en rénover l'accès et l'utilisation. Voilà qui offre l'occasion d'inviter les pèlerins à entrer dans une riche symbolique qui s'inscrit dans la révélation biblique et le quotidien de la vie chrétienne.

+

lourdes eau