Honneur aux manifestants

Publié le 08 Oct 2019
Honneur aux manifestants L'Homme Nouveau

Personnellement, j’ai participé à cette manifestation. En me disant que cela ferait changer la donne ? Non. Simplement pour en être. Je dirais même : pour l’honneur d’y être. Il y a des enjeux, dans la vie, c’est comme ça, qui nous échappent. On est impuissant à rien renverser, à rien empêcher. Mais au moins fait-on ce que l’on peut. Si les progrès du mal rendent ces efforts vains, du moins n’a-t-on pas sa part dans ses victoires. Bien des combats perdus sont des combats honorables. Et il vaut toujours mieux être du côté de l’honneur, quoi qu’il advienne. 

Il y a des gens qui ne comprennent rien à cet honneur. Il est simple, pourtant. Je ne puis pas faire grand-chose, mais je puis faire cela, encore que ce ne soit pas grand-chose. Alors je le fais. Et je puis prier, alors je prie aussi, encore que ma prière soit aussi peu de chose. On peut trouver honneur à faire chaque petite chose qui se présente à nos mains pour le service du bien, alors même que l’on peut craindre qu’elle soit vaine, ou que ce bien, pour des raisons obvies ou cachées, ne surviendra pas. Elle n’est pas vaine au moins en ceci, cette petite chose, qu’elle est honorable. C’est ainsi que chacun, au milieu de vents mauvais, peut s’appliquer à rester debout. Il en est ainsi encore pour qui s’applique à aimer sa langue, quand tout la bouleverse, à conserver des formules de politesse, quand la vulgarité et la familiarité l’emportent partout. Des petites choses, mais des choses honorables. Protester que l’on est un être humain, et que l’on veut vivre dans une société d’êtres humains, ce n’est pas vain, lors même que cette espérance serait tranchée par les faux de tous les démons de l’enfer. Il y a pire déshonneur que de mourir d’une telle main.

Pour ceux qui se bornent à critiquer, avec leur morgue coutumière, cette « cathosphère » qui s’agite dans la rue, cela échappe. L’honneur, pour eux, ne se lit que bien mis en scène dans les livres, lorsqu’ils sont bien signés. Il y a de l’honneur pourtant derrière cette agitation, de la fierté, de la dignité, même s’ils s’accompagnent parfois de beaucoup de naïveté, voire d’aveuglement sur les racines profondes des projets combattus. Au moins cette « manifestation » vaut-elle pour cela qu’elle se manifeste, parce qu’elle le fait pour la défense de l’ordre naturel. Elle porte à la lumière ce qui mérite de l’être. Qui peut refuser à qui que ce soit l’honneur qui lui revient d’agir ainsi ? Ce ne sont d’ailleurs pas que des « cathos », ni des « versaillais » qui descendent ainsi dans la rue, encore que l’on en compte assurément un grand nombre. C’est aussi une foule de petites gens, qui n’ayant pour eux ni la plume, ni la parole, ni une quelconque audience, n’ont que ce moyen-là pour faire timidement entendre dans une foule confondue une même protestation. 

Honneur à eux tous, donc, même si l’on ne peut tout à fait se garder, en marchant, de se poser ces questions : « combien, parmi ceux qui sont là, ont-ils voté Macron ou pour ceux qui, avant lui, n’ont cessé d’apporter leur concours à la destruction morale de notre monde ? Combien partagent avec eux des principes de vie qui rendent cette destruction nécessaire ? »

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (3/3)

3 - La démarche synodale comme processus du changement. | C’est bien toute la démarche synodale sur la synodalité qui, par son processus lui-même, est une machine à mettre en œuvre une Église plastique, compatible avec la modernité, c’est-à-dire sans contenu. Et cette démarche synodale trouve sa source, puise son inspiration et sa légitimité dans le concile Vatican II. Quelle lecture faire du Maître de la terre ? Ratzigérienne, bergoglienne ? Au lecteur de se faire une opinion, mais il faut lire Benson. 

+

synode évangélisation église
EgliseTribune libre

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (2/3)

Une volonté farouche de changer de paradigme (2/3) | Tout d’abord, et en amont de l’élection, la volonté farouche de changement de ceux qui ont préparé le règne. En 2007 paraissait un livre très éclairant et remarquablement conçu dans la plus pure tradition de la manipulation de l’opinion. La thèse de ce livre-programme qui devait se révéler prophétique peut se résumer ainsi : l’Église, depuis Constantin et avec pertinacité, s’est éloignée du message évangélique. Ce phénomène s’accentue à partir de la Renaissance quand l’Église s’entête de plus en plus en s’opposant à la modernité. Constatant au XXe siècle que des génocides ont été perpétrés dans des pays chrétiens (Allemagne, Rwanda), il faut en tirer la conclusion que cette manière ancienne d’être chrétien était fausse et qu’il faut refuser les préoccupations dérisoires que sont la connaissance de la foi, le nombre d’entrées au séminaire ou de sacrements célébrés, car tout cela détourne de l’essentiel qui consiste à apporter davantage d’humanité.

+

pape François synode
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (1/3)

Nous nous interrogions en 2019 (1) sur le regard porté par Benoît XVI et François sur ce roman d’anticipation de tout premier rang qu’est Le Maître de la Terre de Benson. Plus personne (plus personne de sain d’esprit en tous cas) ne prétend à présent à la continuité entre les deux pontificats. Leurs ambitions, leurs idées, leurs spiritualités, leurs tempéraments que tout oppose trouveraient dans ce livre un point commun ? Non, décidément nous ne parvenons pas à comprendre. Si les deux pontifes ont recommandé ce livre puissant, les motifs en sont forcément différents. 

+

François maitre de la terre Benson
Tribune libre

Nietzsche : du biologisme par l’amoralisme à la subversion de la notion de vérité

IDÉES par Jean-Marie VERNIER, professeur agrégé de philosophie | Depuis quelques décennies, devant la décadence, voire l’effondrement progressif des sociétés occidentales et, notamment, de la France, certains courants de pensée prétendant faire école vont chercher chez Nietzsche les principes de leur analyse et en appellent à ces mêmes principes pour sortir de la crise de civilisation. Premier volet de notre présentation de la philosophie nietzchienne.

+

nietzsche
Tribune libre

De la nouvelle traduction du Pater

Tribune Libre | La mauvaise traduction du Notre Père dans la messe de Paul VI en français a fait en 2013 l’objet d’une juste rectification, entrée en vigueur en 2017. L’occasion pour les fidèles traditionalistes, restés attachés à l’ancienne formule, de faire un pas vers les autres catholiques en adoptant la nouvelle traduction, encore plus exacte.

+

pater
Tribune libreFiducia Supplicans

Liberté religieuse et licence morale

Tribune libre de Rémi Fontaine | Dans l’Église contemporaine on manifeste de plus en plus de répugnance à la désignation comme criminels de comportements gravement peccamineux, au nom de la dignité ontologique de la personne humaine. Une confusion qui découle du glissement de sens de la liberté religieuse.

+

wintzer liberté religieuse