Humanité sur commande

Publié le 21 Fév 2014
Humanité sur commande L'Homme Nouveau

Le 20 février dernier, une femme enceinte se faisait renverser par une voiture et perdait son bébé de cinq mois. L’affaire a été portée devant le tribunal de Tarbes, le conducteur jugé coupable d’homicide involontaire le 4 février et l’on s’attendait ces derniers jours à ce qu’il fasse appel de la décision. Finalement, le conducteur a préféré clore l’affaire malgré les questions juridiques qu’elle soulève.

Le statut du foetus

Le fœtus, dans le droit français, ne bénéficie d’aucune protection juridique et un arrêt du 1 août 2001 de la Cour de Cassation stipule même que l’incrimination d’homicide involontaire ne s’applique pas au cas de l’enfant qui n’est pas né vivant. On le sait, cette non-reconnaissance de la qualité de personne humaine au fœtus permet de justifier l’avortement de masse et toutes les autres pratiques sur l’enfant non-né, notamment la recherche sur l’embryon. Comment donc se fait-il que l’automobiliste ait été reconnu coupable ?

« Dans ce jugement, il n’y a aucune prise de position religieuse ou philosophique mais une position humaine. Pour la maman, ce bébé était bien vivant. (…) C’est le choc du foetus contre la paroi utérine qui a provoqué son décès. Il s’agit d’un être humain qui a été tué », a expliqué la présidente du tribunal Elisabeth Gadoullet. « S’il y a mort, il y a eu une vie… Comment peut-on dire qu’un bébé qui réagit à l’environnement qui l’entoure n’est pas un enfant? Pour la maman, il était vivant. Elle a été privée de ce premier enfant et en a ressenti de la culpabilité », a-t-elle également déclaré. Le fait que l’embryon est un être humain vivant n’est contesté par aucun scientifique et à ce titre, les conclusions de la présidente sont justes. Les raisons invoquées pour y aboutir sont en revanche problématiques. « Pour la maman, ce bébé était bien vivant ». Traduisez : le bébé était vivant parce que la mère en avait décidé ainsi. C’est la supercherie de la pensée moderne qui entend conformer la réalité à la pensée et non plus la pensée à la réalité. C’est ainsi la perception des parents qui donnerait à un amas de cellules son caractère de personne humaine. Une femme qui va se faire avorter a-t-elle moins conscience du fait que cet enfant dont elle se débarrasse est vivant ?

Humanité variable

Y aurait-il des fœtus vivants et humains et des fœtus inertes, humains sans l’être vraiment ? « Comment peut-on dire qu’un bébé qui réagit à l’environnement qui l’entoure n’est pas un enfant? », interroge Elisabeth Gadoullet, sans pour autant se demander si on peut dire également qu’un bébé qui ne réagirait pas à l’environnement ne serait pas un enfant. Une personne plongée dans le coma, incapable donc d’interagir avec son environnement ne serait-elle plus une personne ? Dans la société moderne, le statut de personne humaine tient à peu de choses… L’affaire en tout cas pourrait faire jurisprudence mais ne constitue pas une réelle avancée en faveur du respect de la vie dans la mesure où le jugement rendu par le tribunal de Tarbes repose sur des principes pernicieux en faisant dépendre de la perception de quelques-uns l’existence comme personne humaine de quelques autres.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson projet de loi fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle