Humble et grand, Benoît XVI, vrai signe de Dieu pour l’Église et le monde

Publié le 13 Jan 2023
humble

© Marek Kosniowski

Un mercredi d’audience en décembre 2008, dans la grande salle Paul-VI, il m’a été donné de le rencontrer. Échange rapide à ses questions attentives et délicates, puisqu’il connaissait notre abbaye. Avant de rejoindre Secrétaires et Prélats, il garde ma main dans les siennes et me dit, avec un visage empreint de tristesse : « Priez pour moi, priez pour moi, priez pour moi »… Il devait décider ces jours-là de la levée des excommunications de la Fraternité Saint-Pie X. Geste courageux, qui lui valut tant d’incompréhensions et de critiques, mais que le pape François confirmerait plus largement encore. Ce matin-là, je rencontrais le Pape, mais aussi un père, un père douloureux et aimant, qui me parlait, au cœur marge et miséricordieux. Dans une de ses dernières audiences, fin janvier 2013, il nous offrait une vue de sagesse pénétrante sur le mystère du Père, au travers du Fils pauvre et offert. « C’est dans le Seigneur Jésus que se montre en plénitude le visage bienveillant du Père qui est aux cieux (…) Une attitude faible en apparence, faite de patience, de douceur et d’amour, démontre que telle est la vraie façon d’être puissant ! Telle est la puissance de Dieu ! Et cette puissance vaincra ! (…) Voilà la véritable, authentique et parfaite puissance divine : répondre au mal non par le mal mais par le bien, aux insultes par le pardon, à la haine meurtrière par l’amour qui fait vivre. Alors le mal est vraiment vaincu, parce qu’il est lavé par l’amour de Dieu » En Benoît XVI, je voyais aussi les traits du « visage bienveillant du Père ». Traits ainsi dévoilés, au travers de la compassion et de l’humilité. Oui, grand et humble, voici Benoît XVI ! Il ne nous abandonne pas. Il nous laisse un héritage. Or « l’héritage est quelque chose qui appartient à l’avenir », disait-il, en forme d’un paradoxe qui n’est qu’apparent. Ce grand pape nous laisse un héritage. Il nous laisse son témoignage exemplaire et éloquent, un magistère digne d’un Père de l’Église. Pour l’avenir. En ce sens encore, il ne nous abandonne pas. Car, continuait-il, « l’avenir appartient réellement à Dieu : telle est la grande certitude de notre vie, le grand, le véritable optimisme que nous possédons ». Que nos cœurs de fils et filles de l’Église, dans cette confiance, ne perdent jamais mais gardent précieusement son héritage lumineux. « Il…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Père Emmanuel-Marie, Abbé des Chanoines réguliers de la Mère de Dieu, Lagrasse +

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place