Hypocrisie version 2012

Publié le 17 Jan 2012
Hypocrisie version 2012 L'Homme Nouveau

Pendaison de crémaillère dans ce très bel appartement parisien ! « Oui, c’est vraiment un appart très sympa ! On a beaucoup de chance, saint Joseph est généreux ! », dit la maîtresse de maison, « coktailisant » avec bonheur, allant des uns aux autres : « C’est cadeau », « Saint Joseph nous gâte », « Nous sommes vraiment privilégiés », « Franchement, depuis le temps que nous en rêvions, la Providence donne en surabondance. Franchement nous allons faire dire une neuvaine de messes » (plus facile qu’une neuvaine tout court, là il suffit de « raquer » et c’est le curé qui s’y colle !).

Lui, il est dans la finance. Il a dégagé des bénéfices énormes, des plus-values phénoménales, surfant sur la dette grecque, italienne et française. « Il a un don pour faire travailler l’argent », dit sa femme primesautière (ce qui en clair veut dire mettre les Occidentaux au chômage et les Chinois en esclavage !). Dans une logorrhée providentialiste ils abandonnent tout à saint Joseph (sauf le choix des placements financiers et l’adresse de l’appart). Ils lèvent les mains en action de grâce… Mieux vaut, en effet, prétendre qu’on doit sa richesse au Ciel que de se demander qui on a dépouillé sur terre.

Il est plus confortable de croire que c’est saint Joseph qui régale, que d’assumer des bénéfices issus directement de la réduction de pension de retraite d’une veuve grecque ou d’un artisan italien. Saint Joseph est certes généreux mais il ne pratique pas le blanchiment d’argent, et remercier Dieu pour les trente deniers ne les transforme pas en deniers du culte ! Le catho mondain contemporain cultive tellement le déni de réalité dans la pseudo-louange que sortant d’une maison close, plutôt que de se confesser, il rendrait grâce au Ciel de lui avoir fait rencontrer des anges. Non !

Ce monde génère de l’argent sale et asocial, et nous catholiques ne pouvons l’ignorer !

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | L’essentiel, c’est l’affichage

En deux minutes devant la machine à café de l’entreprise, j’ai compté quarante-deux affichettes sur le palier où je déambulais. Près de trois mètres carrés occupés par des avis en tout genre, obligations, interdictions, sensibilisations et autres annonces syndicales. Autant le papier peint nécessite un rafraichissement, autant ce patchwork informatif en camaï...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | L’essentiel