Il faut adapter notre Droit à la guerre ouverte

Publié le 14 Nov 2015
Il faut adapter notre Droit à la guerre ouverte L'Homme Nouveau

Les terribles attentats de la soirée de vendredi, à Paris, portent évidemment la marque des affidés de l’Etat islamique. Qu’ils soient passés par la Syrie ou non ne change rien : leur modèle est bien Daech et ses appels au terrorisme international.

Des djihadistes français renvoyés en France…

Depuis déjà quelques mois, les djihadistes français arrivés en Syrie n’étaient plus intégrés dans les groupes combattants de l’organisation, car trop instables, trop peu préparés et peu aguerris. Daech a donc été conduit progressivement à les renvoyer en France, à condition d’y constituer des cellules terroristes. Beaucoup de ces individus ont eux-mêmes été déçus par leur expérience syrienne, découvrant la cruelle réalité de la guerre, les privations, une hiérarchie autoritaire et un islam rigoriste qu’ils méconnaissaient. Mais avec Daech on ne repart pas en terre de mécréance ; ceux qui veulent s’enfuir sont exécutés. Pourtant, concernant les Français, l’organisation a accepté de les laisser repartir contre la promesse d’attentats.

Les services de renseignement avaient alerté les autorités

Nos services de sécurité avaient alerté les autorités sur cette évolution inquiétante. Mais les décisions à prendre étaient trop lourdes pour une classe politique paralysée : arrestations préventives, interrogatoires systématiques des suspects (« fiche S »), contrôles aux frontières, envoi de troupes au sol en Syrie et/ou Irak, aggravation des peines pour terrorisme…

Il faut adapter notre Droit à la situation de guerre ouverte

On a beaucoup parlé d’un manque de moyens attribués aux services de renseignement. Le vrai problème n’est pas financier mais procédural et juridique : les services ne peuvent enquêter et interroger comme ils veulent. Il faut donc changer notre droit pour l’adapter à la situation actuelle, qui est celle d’une guerre ouverte.

Olivier Hanne est Chercheur-associé à l’université d’Aix-Marseille, spécialiste de l’islam.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage