Il faut adapter notre Droit à la guerre ouverte

Publié le 14 Nov 2015
Il faut adapter notre Droit à la guerre ouverte L'Homme Nouveau

Les terribles attentats de la soirée de vendredi, à Paris, portent évidemment la marque des affidés de l’Etat islamique. Qu’ils soient passés par la Syrie ou non ne change rien : leur modèle est bien Daech et ses appels au terrorisme international.

Des djihadistes français renvoyés en France…

Depuis déjà quelques mois, les djihadistes français arrivés en Syrie n’étaient plus intégrés dans les groupes combattants de l’organisation, car trop instables, trop peu préparés et peu aguerris. Daech a donc été conduit progressivement à les renvoyer en France, à condition d’y constituer des cellules terroristes. Beaucoup de ces individus ont eux-mêmes été déçus par leur expérience syrienne, découvrant la cruelle réalité de la guerre, les privations, une hiérarchie autoritaire et un islam rigoriste qu’ils méconnaissaient. Mais avec Daech on ne repart pas en terre de mécréance ; ceux qui veulent s’enfuir sont exécutés. Pourtant, concernant les Français, l’organisation a accepté de les laisser repartir contre la promesse d’attentats.

Les services de renseignement avaient alerté les autorités

Nos services de sécurité avaient alerté les autorités sur cette évolution inquiétante. Mais les décisions à prendre étaient trop lourdes pour une classe politique paralysée : arrestations préventives, interrogatoires systématiques des suspects (« fiche S »), contrôles aux frontières, envoi de troupes au sol en Syrie et/ou Irak, aggravation des peines pour terrorisme…

Il faut adapter notre Droit à la situation de guerre ouverte

On a beaucoup parlé d’un manque de moyens attribués aux services de renseignement. Le vrai problème n’est pas financier mais procédural et juridique : les services ne peuvent enquêter et interroger comme ils veulent. Il faut donc changer notre droit pour l’adapter à la situation actuelle, qui est celle d’une guerre ouverte.

Olivier Hanne est Chercheur-associé à l’université d’Aix-Marseille, spécialiste de l’islam.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

Le chaos organisé

L'Essentiel de Joël Hautebert | Si la France se trouve dans une désastreuse situation de désordre institutionnel et social, c'est bien par une volonté dont témoignent d'ailleurs les propos du chef de l'État. Mais il ne s'agit pas seulement d'une basse manœuvre politicienne pour rester au pouvoir. Se dessine là la vraie nature de la postmodernité, qu'il s'agit avant tout de bien comprendre pour y opposer une action structurée tendue vers le bien de la Cité.

+

chaos
Société

La prévention comme moyen prioritaire de la lutte contre le trafic de drogues

Parole du Pape | À l’occasion de la Journée internationale contre l’abus et le trafic de la drogue, le 26 juin dernier, lors de sa dernière audience générale, le Pape a interrompu son cycle de catéchèses sur l’Esprit et l’Épouse, pour se pencher sur ce fléau de plus en plus répandu, propagé pour des intérêts qui ne tiennent aucun compte des tragédies qu’elle crée chez tant de personnes sans expérience et dans tant de familles.

+

Pape François drogue