Il y a 500 ans, saint Philippe Néri

Publié le 04 Juil 2015
Il y a 500 ans, saint Philippe Néri L'Homme Nouveau

C’est en premier lieu une vie d’ermite à laquelle s’est astreint saint Philippe Néri en arrivant à Rome. Mais très vite la fougue de l’Esprit Saint le pousse à entraîner les jeunes hommes de son entourage à faire le bien. Itinéraire spirituel d’un saint de feu.

Philippe Néri né à Florence en 1515 dans la famille modeste d’un notaire, eut la peine de perdre sa mère à l’âge de 4 ans. Il est né dans la Florence de la Renaissance finissante, qui avait exalté l’homme, non pas d’abord contre Dieu mais pour l’homme lui-même redécouvert dans la culture gréco-latine des Anciens, puis peu à peu contre Dieu et même sans Dieu. La moralité s’était effondrée.

Philippe proche des dominicains du couvent San Marco – couvent réformé selon la réforme de Savonarole à Fiesole – se souvenait de l’œuvre de ce dominicain virulent qui voulut ramener à Dieu ses concitoyens et prit des moyens coercitifs, institutionnels, pour y parvenir. Philippe en voyait les effets mais aussi les échecs à Florence même, où Savonarole était mort sur le bûcher. Enfin, un moment, Florence avait été toute au Christ : ce souvenir emplissait Philippe de joie. San Marco était aussi le couvent de Fra Angelico où l’on trouve dans chaque cellule et dans les pièces communes, ces magnifiques peintures si connues, cette présentation paisible de la foi, lumineuse, joyeuse et colorée dans les pastels si doux et forts à la fois.

Saisi par Dieu

Philippe est saisi par Dieu, fasciné par Lui. Le jeune homme cherche comment trouver Dieu et comment vivre tout à lui.
1532 : Philippe quitte Florence après le retour des Médicis, séjourne au pied du Mont Cassin chez son oncle commerçant Romolo. Auprès de ce monastère très réformé il découvre la figure de saint Benoît ermite pour être tout à Dieu dans sa grotte de Subiaco, un vrai Père du désert que Philippe commence à beaucoup aimer. Bien vite, Philippe se sauve dans l’ermitage du Mont Cassin à Gaète, au bord de la mer dans l’anfractuosité d’un rocher qui se serait fendu à la mort du Christ. Il y vit là seul… et, de là, gagne Rome.
Rome : une ville détruite par le Sac de 1527, où il ne…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape
Eglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien