Ils ne s’arrêtent jamais…

Publié le 06 Déc 2012
Ils ne s'arrêtent jamais... L'Homme Nouveau

Le Téléthon (7 et 8 décembre) et le vote par le Sénat, dans la nuit du 4 au 5 décembre dernier, du projet de recherche sur les cellules souches embryonnaires mettent les petits d’homme sur le devant de la scène. Ici on court, là on débat, au mépris des principes éthiques les plus fondamentaux.

Sans grande surprise et avec l’appui du gouvernement, le Sénat a voté, à 203 voix contre 74, l’autorisation par principe et non plus par exception de la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires, modifiant, ou plutôt bouleversant les dernières lois de bioéthique. Le projet a été voté par l’ensemble de la gauche, à l’exception de cinq sénateurs écologistes qui se sont abstenus. Au centre et à droite, les votes étaient plus divers. La prochaine étape est donc celle de l’Assemblée nationale, dont on espère qu’elle tiendra compte de la loi de bioéthique de juillet 2011 qui stipule qu’aucune modification ne peut être apportée à ces lois sans États généraux.

La Fondation Lejeune, mobilisée depuis que le projet de loi a été rendu public, a ouvert un site de sensibilisation (www.vous-trouvez-ca-normal.com) et d’information, appelant toutes les bonnes volontés à signer et à diffuser une pétition et à écrire à leurs députés pour exiger, sinon le respect de la dignité humaine dont peu sont encore capables, au moins le respect des règles du jeu démocratique afin que soient organisés de nouveaux États généraux de la bioéthique. Une très bonne initiative, donc, relayée par un site clair et précis.

« Le vote du Sénat est d’autant plus choquant que, dans les tests pour les nouveaux médicaments, la communauté scientifique internationale privilégie désormais les cellules souches reprogrammées découvertes par les Nobels Gurdon et Yamanaka. Comme l’a écrit le neurobiologiste Alain Privat, l’adoption d’une disposition autorisant par principe l’expérimentation sur les embryons humains « enverrait au monde un message de négation de l’éthique et d’anachronisme scientifique » », a expliqué Mgr d’Ornellas, archevêque de Rennes, dans un communiqué daté du 5 décembre.

Exit donc le Code civil et ce qu’il stipule sur le respect de la vie humaine, il s’agit pour la gauche de « rattraper le retard » qu’aurait la France en matière de recherche. Ce serait pourtant une formidable avancée, quelque chose d’inédit et de novateur, de résolument « en avance » en somme, si la France pouvait se défaire du matérialisme dont est pétrie la société occidentale pour décider une fois pour toutes d’ordonner la science à l’éthique et non l’inverse.

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage