Instagram : un monde d’envie et de mensonge

Publié le 28 Déc 2022
instagram

Réseau social essentiel pour les « influenceurs », d’une popularité inouïe, Instagram fonctionne à partir des images que chaque utilisateur donne de lui-même, plus ou moins manipulées et présentées pour attirer l’attention. Avec des conséquences non négligeables pour les personnes, l’idée qu’elles se font d’elles-mêmes et finalement la réalité et la vérité.   Nous continuons notre étude des réseaux sociaux avec Instagram. Ce réseau social fut lancé en 2010 avec 25 000 utilisateurs dès la première journée. Aujourd’hui, c’est plus d’un milliard de personnes, soit un huitième de la population, qui utilisent cet outil avec 400 millions d’utilisateurs mensuels. Cette popularité devient compréhensible lorsqu’il est question d’étudier son utilité. Instagram vient des mots anglais « instant camera » (1) et de télégramme. Le but pour les utilisateurs est donc de partager des photographies et des vidéos avec leur réseau « d’amis », leur donnant la possibilité de commenter les clichés, de signifier leurs appréciations par des « j’aime » et de repartager leurs publications à d’autres amis. Cela permet à tous de communiquer ses centres d’intérêt, ses voyages, la capture momentanée d’instants de vie et des photos de soi. Or ce qui est recherché n’est autre que l’approbation grégaire de ses pairs. L’existence de la personne se voit assaisonnée de l’épice bien toxique qu’est la popularité. La « course aux j’aime » est frénétique. La publication DOIT faire réagir, être partagée et en définitive l’auteur de celle-ci se sentira par là-même aimé. Andy Warhol déclarait en 1968 dans le catalogue d’une exposition au Moderna Museet de Stockholm : « À l’avenir, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale ». Cette prophétie n’a jamais été aussi bien réalisée qu’à notre époque, et Instagram en est l’outil principal. Mais ce droit implique le devoir crucial de s’acquitter d’une offrande. Pour être populaire ou célèbre il est nécessaire d’offrir en sacrifice la vérité. Les instagrameurs et instagrameuses voient le monde au travers d’un objectif de photographie. Cependant il ne s’agit pas de se filmer ou se prendre en photo seulement. En effet, pour gagner le cœur des autres en publiant des photos de soi il faut qu’ils puissent nous envisager comme l’objet d’une envie. Des photos tendancieuses, érotiques voire pornographiques à celles de paysages de voyage, de voitures de luxe ou de technologie délirante, chaque publication a pour but de tenir captif le spectateur. La « vie »…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

François-Marie Portes, Directeur de l'Ircom-Lyon

Ce contenu pourrait vous intéresser

Société

Liberté scolaire : la responsabilité parentale remise à nouveau en cause

Les évolutions récentes des institutions marquent un mouvement d’écrasement du champ des libertés laissées aux parents en matière d’éducation. Déclarations et nouvelles législations trahissent la volonté de l’État de contrôler les enfants comme si les parents n’étaient pas les premiers responsables de leur formation intellectuelle et morale.

+

1776 ecole messe traditionnelle