Interdiction de l’abaya : mesurette ou miroir aux alouettes ?

Publié le 31 Août 2023
abaya

Le ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal, vient d’interdire l’usage de l’abaya à l’école. Cette longue « sur-robe » des Bédouines couvre tout le corps sauf le visage et les mains. Pour le jeune ministre de 34 ans, socialiste en sa jeunesse puis chouchou de la macronie, le fait de revêtir l’abaya est un «geste religieux, visant à tester la résistance de la République sur le sanctuaire laïque que doit constituer l’école». Or un « sanctuaire » est religieux : la laïcité de la République est bien religieuse et elle ne tolère ni la dissidence ni l’hérésie ni, à plus forte raison, les religions concurrentes. L’islam en l’occurrence : si l’abaya n’est nullement un vêtement religieux, quoiqu’elle serve notamment à préserver la modestie que la religion musulmane impose aux femmes jusqu’à l’extrême, elle indique incontestablement une appartenance religieuse. Seuls 150 établissements sur près de 60 000 seraient cependant touchés par le phénomène, aux dires d’une note de service de l’État révélée le 24 août par Europe 1. En annonçant sur TF1, le 27 août dernier, cette décision, qui devrait se traduire par des consignes de pré-rentrée aux chefs d’établissement, Gabriel Attal a expliqué : «Vous rentrez dans une salle de classe, vous ne devez pas être capable d’identifier la religion des élèves en les regardant.»  On retrouve là l’hostilité laïciste à l’égard du fait religieux, qui conduit à vouloir faire de l’école de la République une fabrique d’athées. Entreprise largement réussie, puisqu’à la date d’un sondage Ifop-Sud Radio, en avril dernier, 56 % des interrogés affirmaient ne pas croire en Dieu, et même 64 % dans la tranche des 18-24 ans. L’approche du ministre Attal, certes marqué par ses ascendances juive tunisienne par son père et russe orthodoxe par sa mère, est celle d’un post-moderne exemplaire, lui qui a eu successivement une compagne (la chanteuse Joyce Jonathan) et un compagnon, le député européen Stéphane Séjourné, avec lequel il est pacsé. La décision de Gabriel Attal est en cela contestable par toute personne qui revendique l’importance de sa foi et de son identité religieuse. La même suspicion pourrait s’abattre demain sur n’importe quel choix vestimentaire dicté par des considérations liées à la religion. La jupe sous le genou pour la catholique traditionnelle, par exemple. Quid alors de la liberté ? Lorsque La France insoumise a annoncé le 29 août la saisine du Conseil d’État, au motif que l’interdiction est «dangereuse et cruelle» à l’égard des «jeunes femmes de confession musulmane», ce n’est pourtant pas par…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Jeanne Smits

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
SociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement