Islam : une stratégie affichée

Publié le 23 Juin 2023
islam

La nouvelle « polémique » déclenchée par le livre de Florence Bergeaud-Blackler sur le « frérisme » montre combien certains sujets gênent. Étudiant la stratégie pourtant revendiquée d’une conquête islamique qui devrait inquiéter les Européens, l’anthropologue ne manque pas de dépeindre des milieux intellectuels français incapables de voir la réalité en face, et le détournement de la recherche scientifique, instrumentalisée par la notion d’islamophobie.

  Notre époque ne manque pas de sujets majeurs qui, bien que ne faisant pas tous les jours la Une des journaux, doivent être l’objet d’une attention récurrente et soutenue. Tel est le phénomène musulman en Europe et plus particulièrement en France. Des millions de musulmans sont venus dans notre pays à partir du démantèlement de l’empire colonial français, puis par vagues successives encouragées par le patronat pour avoir une main d’œuvre à bas coût. Le regroupement familial a transformé une immigration de travail en une immigration de peuplement. La grande majorité des musulmans est née en France et constitue une minorité de citoyens toujours plus nombreuse. Le livre de Florence Bergeaud-Blackler, Le Frérisme et ses réseaux, l’enquête (1), permet de prendre la mesure d’un phénomène essentiel : le projet actuel d’islamisation de la société française. Le livre de cette anthropologue, chargée de recherches au CNRS, a suscité une polémique médiatique et scientifique (2) révélatrice du caractère sensible d’un tel sujet. Ce livre est important et doit être lu ; nous ne pourrons pas dire que nous n’étions pas prévenus. Florence Bergeaud-Blackler entend par « frérisme » non seulement l’organisation des Frères musulmans mais aussi la nébuleuse des réseaux, associations, think tanks et prédicateurs plus ou moins imprégnés de sa doctrine et de ses pratiques. Elle définit le frérisme « comme un projet intellectuel, politico-religieux, visant l’instauration d’une société islamique mondiale ». Et elle ajoute : « Le frérisme est un “système d’action”, fondé sur une Vision, sur une Identité et suivant un Plan. » L’articulation des trois dimensions en fait toute l’efficacité. La confrérie des Frères musulmans a été créée par Hassan al-Banna en 1928, en Égypte sous domination britannique. Quelques années auparavant, en 1924, Atatürk avait mis fin au califat ottoman au nom de la laïcité de la nouvelle république turque. Le calife détenait l’autorité spirituelle sur tous les musulmans sunnites (80 % de l’ensemble). Il appela au moment de la Première Guerre mondiale – l’empire ottoman étant allié aux empires allemand et austro-hongrois – tous…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Thibaud Collin

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
ChroniquesSpiritualité

Les larmes de saint Pierre

Commentaire homélie du Pape | Pendant la messe chrismale du Jeudi Saint, le Pape a prononcé son homélie sur les différents échanges de regards de l'évangile, entre Jésus et les Juifs dans la Synagogue puis entre Jésus et Pierre. C'est par ce regard que Pierre comprend sa trahison.

+

Pierre