Jamais plus la guerre ?

Publié le 25 Déc 2023
guerre paix henri hude
La crainte fondée de la guerre totale, conséquence du progrès technique, tend à faire considérer que toute guerre serait illégitime, engendrant des souffrances toujours disproportionnées. Cependant un récent ouvrage d’Henri Hude rappelle que la guerre reste parfois inévitable et que le remède qu’une certaine élite ultrapuissante tente insidieusement de mettre en œuvre serait pire que le mal, annihilant toute liberté et tout ordre naturel.

  La guerre est toujours un mal à éviter car elle engendre morts, destructions, blessures, deuils, souffrance, etc. Mais la sagesse des nations a toujours considéré que la guerre n’est pas toujours évitable. C’est cette distance intellectuellement inconfortable et humainement tragique que nous avons à méditer. Clausewitz définit la guerre comme « un acte de violence dont l’objet est de contraindre l’adversaire à se plier à notre volonté » (1). Approche intéressante car la formule « notre volonté » souligne que la guerre étant une réalité humaine, elle doit être abordée à partir du sujet agissant. D’où la question centrale : qu’est-ce qui mesure cette volonté que l’on cherche à imposer à l’adversaire ?   

La guerre juste

La doctrine traditionnelle de la guerre juste, élaborée par saint Ambroise et saint Augustin a été synthétisée par saint Thomas d’Aquin (2) au XIIIe siècle. Il rappelle que les trois conditions pour que faire la guerre ne soit pas un péché sont :

  1. qu’elle soit décidée par l’autorité légitime ;
  2. que la cause soit juste, c’est-à-dire pour punir une injustice ;
  3. que l’intention soit droite, c’est-à-dire que l’on se propose « de promouvoir le bien ou d’éviter le mal ».

Où l’on voit que la guerre est intrinsèquement liée à la politique. Clausewitz qualifie effectivement la guerre comme un « instrument politique, la réalisation des rapports politiques par d’autres moyens » (3). Si l’intention hostile relève de la politique dont la finalité objective est le bien commun et la paix, la guerre est ultimement finalisée par la paix. Mais tout ceci peut-il être encore soutenu aujourd’hui ?  Le pape François affirme en effet dans son encyclique Fratelli Tutti (2020) :

« Nous ne pouvons donc plus penser à la guerre comme une solution, du fait que les risques seront probablement toujours plus grands que l’utilité hypothétique qu’on lui attribue. Face à cette réalité, il est très difficile aujourd’hui de défendre les critères rationnels, mûris en d’autres temps, pour parler d’une possible “guerre juste”. Jamais plus la guerre ! » (4)

 

Le péché originel, cause…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Thibaud Collin

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Eglise

Communautés : oasis ou citadelles ?

L'Essentiel de Joël Hautebert | Tendance de fond ces dernières années, la société paraissant malade ou repoussante à beaucoup, le communautarisme de tout poil prospère. La parution d’un ouvrage de l’abbé Raffray, qui se veut une réponse aux inquiétudes contemporaines, est l'occasion de faire le point sur ce qui pourrait sembler bien tentant à des chrétiens dégoûtés par le monde dans lequel ils vivent et soucieux de se rassembler pour se garder des maladies de l’âme qu’il véhicule.

+

communauté oasis
Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
EgliseDoctrine socialeMagistère

Dignitas infinita, quels fondements philosophiques ?

Entretien | La dernière déclaration du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, Dignitas infinita, datée du 2 avril 2024, revient sur la dignité et sur les droits de la personne humaine. Le texte fait référence à la Déclaration des droits de l’homme de 1948 et s’appuie sur le personnalisme catholique développé au XXe siècle. Explication par Guilhem Golfin, docteur en philosophie et professeur à Paris, contributeur de l’ouvrage La Dignité humaine. Heurs et malheurs d’un concept maltraité. 

+

Dignitas infinita