Je fais ce que je veux

Publié le 03 Oct 2012
Je fais ce que je veux L'Homme Nouveau

Les faits rapportés sont réels et l’histoire se passe quelque part en France, il y a peu. Un homme, ancien légionnaire de son état et réputé pour son franc-parler, venait de récupérer ses deux filles à la sortie de l’école. Les deux têtes blondes, âgées tout au plus de 6 et 8 ans tenaient sagement la main de leur père et étaient arrêtées devant le feu rouge au passage piéton. Deux femmes ayant choisi une orientation sexuelle différente, loin de l’hétérosexualité patriarcale et sexiste, se trouvaient arrêtées au même endroit et profitèrent du moment pour s’embrasser langoureusement devant les yeux ébahis des deux gamines.

Le père, furieux, interpella les deux tourterelles, leur demandant aussi poliment qu’il est possible pour un ancien légionnaire en colère, de ne pas poser de tels gestes en public, a fortiori devant des enfants. Qu’à cela ne tienne, les deux femmes continuèrent de plus belle. L’homme insista, leur demandant d’arrêter et très vite, le ton se mit à monter.

-« Nous sommes dans un pays libre, nous faisons ce que nous voulons, un point c’est tout », asséna l’une des deux femmes.

-« Ah oui ?! Vous croyez vraiment que nous sommes dans un pays libre et que par conséquent tout est permis ? » vitupéra le père, empoignant du même coup l’une de ses filles et lui mettant une belle gifle.

-« Et je peux faire ça aussi, vous croyez ? » renchérit-il tandis que nos deux représentantes de la sexualité libérée, interloquées, n’avaient plus d’autre issue que d’appeler la police qui se fit un devoir de les sortir de cette mauvaise passe.

L’homme resta en garde à vue 48 heures pour maltraitance…

L’histoire ne dit pas ce qu’a pensé la fillette de ces travaux appliqués sur le raisonnement par l’absurde. L’exemple était pour le moins frappant, trop certainement, mais de bon sens.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

L’impôt, légitime ?

Relancée par un fait divers dramatique, la réflexion sur la légitimité de l’impôt n’est pas nouvelle. Saint Thomas d’Aquin a évoqué le sujet, qui renvoie au devoir des citoyens envers la communauté politique mais aussi à la justice qui leur est due.

+

impôt