Jean Breton n’en pense pas moins | Politique : spectacle ou philosophie ?

Publié le 25 Jan 2021
Jean Breton n'en pense pas moins | Politique : spectacle ou philosophie ? L'Homme Nouveau

Qu’il est doux pour un Français prétentieux de se moquer de la lourdeur de la politique américaine ! Des slogans pour illettrés, des messages simplistes à l’extrême, des exagérations permanentes et quelques reductio ab Stalinium, quelle misère comparée à chez nous. En France, chaque discours est contextualisé par l’évocation (longue) du logos dans lequel il s’inscrit. Systématiquement, cela commence par ces grandes phrases, rappel de la pensée intime de l’orateur – celle de son parti ou de sa loge en général – puis le magique « […] c’est pourquoi […] » … et le début du concret.

Quand on entend des dissertations intarissables sur « penser la France », « réinventer l’espoir » et « croire en l’universalisme », indépendamment du bord politique, on se demande le rapport avec l’augmentation du prix des timbres, le retrait des troupes au Sahel ou les frontières de la nouvelle région Provence-Aquitaine-Hauts-De-France, annoncés sans transition aucune. Grande est la chute de hauteur de vue quand un président discourt sur la portée historique des Lumières puis explique comment se laver les mains.

La philosophie, c’est le temps long. Un discours par quinquennat devrait être suffisant, pour expliquer le chemin qui sera emprunté durant le mandat. Même une épidémie ne justifie pas un changement de paradigme dans « le modèle républicain ». Et de l’autre côté, la multiplicité des dossiers et la hauteur de vue qu’ils requièrent rendent probablement un ministre d’état inapproprié à définir le nombre de chaises vides entre deux fidèles sur un même banc d’église.

Se posent ainsi trois problèmes de forme, qui ont des origines profondes : le nombre des discours prétendant être de philosophie politique traduit leur manque d’enracinement et la vacuité des définitions « autorisées » de certains termes. L’évocation répétitive des valeurs de la démocratie semble incantatoire, à se demander s’ils ne cachent pas leur dieu dans le buste de Marianne.

La trivialité des déclinaisons concrètes des mesures prises – les « annonces » ! déjà fuitées dans la presse depuis deux jours par ailleurs – s’inscrit dans la pure tradition jacobine de centralisation prétendant imposer l’Égalité. Plus de confiance aux maires, puisque certains font l’affront d’avoir été élus par des gens qui les connaissaient. Ou sont-ce les origines campagnardes qui déplaisent aux ors élyséennes ?

Quant au mélange dans le même temps des évocations les plus élevées et des décrets trop étriqués, c’est plus grave : soit le cahier des charges minimum d’une plume régalienne prévoit l’introduction obligatoires de certains mots-clés de haute volée – comme dans un chant de promotion de Saint-Cyr –  soit c’est une tentative d’endormissement béat de l’auditeur, qui finira par admettre que c’est au nom de la Démocratie qu’il faut fermer les écoles hors-contrat, et que c’est « faire la France » que d’autoriser le ski de fond mais non le ski alpin.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneEglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles
ChroniquesPhilosophie

Nietzsche : Généalogie historique ou continuités illusoires ?

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 4 | L’une des thèses principales du philosophe allemand prétend établir des filiations historiques et morales entre Rome, la Renaissance et Napoléon, la Judée, la Réforme et la Révolution française. Interprétation simplistes, ces continuités ne résistent pas à l’examen. Quatrième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (2)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 3 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.Faisant un mauvais procès au christianisme, Nietzsche l’accuse d’être une religion de failles, accusation démontée par la vie même du Christ, celle de saint Paul et celle que mènent les moines. Troisième volet de notre présentation de la philosophie nitzschéenne (article 1 et article 2 à retrouver sur notre site).

+

Friederich Nietzsche
CultureDoctrine socialeLettre ReconstruirePhilosophie

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote
ChroniquesSociétéPhilosophie

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas