Jean Breton n’en pense pas moins | Un jour de deux mil vingt, un ministre pensa…

Publié le 24 Déc 2020
Jean Breton n'en pense pas moins | Un jour de deux mil vingt, un ministre pensa... L'Homme Nouveau

Un jour de deux mil vingt, un ministre pensa
Qu’il pourrait, en vertu de son autorité,
Proposer au Bon Dieu, jusque-là embêté,
De sauver son Noël qu’un virus méprisa.

« Je peux, Lui dit Castex, daigner autoriser
Pour la Nativité un rien de souplesse ;
Et tolérer qu’on soit quelques-uns à la messe :
Les chrétiens me devront de pouvoir T’adorer. »

(Ainsi, estimait-il, je gagne la faveur
Des bigots effrayés par les attestations.
L’épiscopat entier, de leurs protestations
Se croyant tributaire, me comblera d’honneur.)

Mais le deal ne reçut qu’un accueil mitigé,
Et plutôt qu’un hourra d’un Dieu aux abois
Il fut remercié par un refus courtois
Quand il se croyait sûr d’avoir tout arrangé.

« Penses-tu vraiment, mon fils, dit Dieu en souriant
Que ce qu’Hérode ne put en son temps interdire
Malgré tous ses soldats, tu puisses, et c’est bien pire
T’attribuer en propre comme un Tout-Puissant ? »

Mais le chef discuté de la Maréchaussée
Se pensant Richelieu, refusait de comprendre
Qu’il n’avait pas pouvoir, si Dieu voulait descendre,
De L’empêcher de naître comme l’année passée.

« Je pourrais, tenta-t-il, mettre dans chaque église
Des policiers zélés, ou bien des délateurs
Prompts à réprimander les fidèles veilleurs :
Alors nous verrons bien si Noël s’organise ! »

« Que m’importent tes lois et ta persécution ?
Dit Dieu qui s’Il pouvait, aurait perdu patience.
Mes fidèles pourraient briller par leur absence
Que rien ne réduirait Mon Incarnation ».

« Je vais aller plus loin, dit alors l’insolent,
Et prendre Tes vertus pour les mettre à ma guise ;
Parler de Charité pour éviter l’église
Et mettre en l’Espérance un peu d’enfermement ».

« Je sais, mon fils, dit Dieu, que cela sera pire.
Et vos chiffres diront que vôtre est la victoire
Comme s’ils avaient pouvoir d’amenuiser ma gloire.
Je viendrai tout de même pour asseoir mon empire. »

La dispute cessa, le ministre céda
On vint se rassembler à la minuit sonnée
Et sous la voute immense et presque abandonnée
Comme à Son habitude l’Enfant nous sauva.

On raconte qu’au fond de cette sombre nef
Que la ferveur des chants peinait à réchauffer
Derrière un masque blanc qui lui couvrait le chef
Dieu découvrit Castex qui se prit à L’aimer.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesPhilosophie

Nietzsche : Généalogie historique ou continuités illusoires ?

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 4 | L’une des thèses principales du philosophe allemand prétend établir des filiations historiques et morales entre Rome, la Renaissance et Napoléon, la Judée, la Réforme et la Révolution française. Interprétation simplistes, ces continuités ne résistent pas à l’examen. Quatrième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (2)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 3 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.Faisant un mauvais procès au christianisme, Nietzsche l’accuse d’être une religion de failles, accusation démontée par la vie même du Christ, celle de saint Paul et celle que mènent les moines. Troisième volet de notre présentation de la philosophie nitzschéenne (article 1 et article 2 à retrouver sur notre site).

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesSociétéPhilosophie

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (1)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 2 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin