Jean Breton n’en pense pas moins | Urgence, culte, fête… les vraies définitions !

Publié le 01 Avr 2021
Jean Breton n'en pense pas moins | Urgence, culte, fête...  les vraies définitions ! L'Homme Nouveau

Pierre Larousse aurait-il eu des sueurs froides en découvrant ces définitions de Jean Breton ? Difficile de le savoir. 
En tous cas, ce troisième petit bout de ce qui pourrait être une sorte de Dictionnaire des temps troublés nous pousse à gratter un peu la surface de ces mots que nous entendons des dizaines de fois par jour… pour, au moins, ne pas être dupes !

Urgence :         1. Caractère de ce qui ne souffre point de retard ou de délai. Ne s’applique pas au patrimoine ou au monde paysan.

2. Caractéristique officielle d’une situation sociétale pour laquelle l’intérêt n’est que politique. Totalement indépendant d’une réalité temporelle hormis celle du calendrier électoral.

Fête :               évènement scandaleux, non autorisé et bruyant, rassemblant des jeunes (voir ce mot) dans un espace confiné (les espaces aérés étant surveillés par la maréchaussée). Occasion néanmoins de mettre en pratique la spécialité française de délation. Souvent accompagnée de débordements où les vendeurs de drogue ne portent pas le masque.

Élection :          1. Dém. Choix totalement objectif au sein d’une liste parfaitement représentative d’un dirigeant, sur base de ses qualités propres, de son passé irréprochable et de son programme vertueux, permettant notamment le renouvellement de l’orientation politique en cas d’échec avéré de la mandature précédente.  Dériv. : rassemblement des électeurs au moment dudit choix.

2. Dict. san. : Possibilité régulière de changer de dictateur sanitaire sans que les concurrents n’aient manifesté la moindre volonté de changer l’application de la dictature ; les candidats restant de toute façon du même douteux sérail (cas majoritaire, voir ENA, Sciences Po, Corrèze), ou du mauvais côté du front républicain (voir ce mot). Dériv. : rassemblement inutiles de personnes à risque (voir ce mot) ne respectant pas la distance sociale (voir ce mot), et devant donc être reportée pour notre sécurité. Entre les maires (qui n’ont plus de pouvoir), les députés (qui n’ont plus de liberté) et les conseillers régionaux (qui ça ?), autant jouer au terroriste en se faisant charger par les CRS pour un bain de soleil sur les quais de Seine (voir ce mot).

Distance sociale : 1. Fr. Oxymore, comme « l’obscure clarté qui tombe des étoiles », la poésie en moins.

2. Auj. rayon égocentré définissant une zone égocentrée de sécurité également égocentrée, où le virus qui n’a pas de passeport s’arrête aussi bien qu’un mineur non accompagné de vingt ans à une frontière, ou aussi bien qu’une particule radioactive ukrainienne à la ligne bleue des Vosges. Excellente excuse pour ne plus serrer la main moite de son chef ou d’embrasser le maquillage de sa voisine de bureau. Explication du rapport entre la lutte contre une épidémie et la mise en place de bouts de scotchs à l’esthétisme douteux régulièrement espacés dans la nef d’une église. No man’s land respecté en gentlemen agreement passé entre le coronavirus et les autorités sanitaires – « S’ils sont derrière le marquage au sol, on va dire que tu ne contamines pas » (in Minutes de la Réunion de lancement de la Covid-19, septembre 2019).

Culte :              Fosse commune où se retrouvent, pêle-mêle et sous les mêmes restrictions, les grand-messes solennelles avec évêque et cathédrales, et les prières de rues de confession non spécifiée ; les prêches thomistes proches de la pensée pure et les élucubrations raëliennes.

Extraordinaire manifestation d’ubiquité de la République qui en fait un ministère sans le reconnaître ni le subventionner, qui en manifeste quotidiennement la méconnaissance mais prétend le réguler. Variable d’ajustement pour montrer au « plébéien superstitieux » (commentateurs d’articles de La Croix, mai 2020) que l’État est miséricordieux, loué soit-Il.

Extériorisation naturelle d’une pratique intérieure intime qui est un droit fondamental impliquant de modifier les menus républicains de l’école républicaine (voir viande), à condition de ne pas impliquer de réciter le chapelet à voix basse durant une manifestation légale.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas