Jean Breton n’en pense pas moins | Masque, vaccin, indicateur… les vraies définitions !

Publié le 04 Fév 2021
Jean Breton n'en pense pas moins | Masque, vaccin, indicateur...  les vraies définitions ! L'Homme Nouveau

Pierre Larousse aurait-il eu des sueurs froides en découvrant ces définitions de Jean Breton ? Difficile de le savoir. 
En tous cas, ce petit bout de ce qui pourrait être une sorte de Dictionnaire des temps troublés nous pousse à gratter un peu la surface de ces mots que nous entendons des dizaines de fois par jour… pour, au moins, ne pas être dupes !

Sondage :

  1. Indus., fin. et moral : procédure permettant de jauger la profondeur d’un gouffre.
  2. Polit. Fr. : publication magique d’un institut à l’objectivité moins avérée qu’auto-proclamée, dont le but est de modifier l’opinion d’un peuple en lui ordonnant de penser comme la majorité de ses pairs (effet Panurge), ou en lui faisant peur quant à l’importance des gens hors-système (effet Godwin).

La mécanique quantique, vous connaissez ? une conséquence de cette théorie est qu’à une échelle suffisamment petite, on ne peut pas prendre une mesure sans perturber le mesuré.

Nous sommes donc dans la politique quantique. La mesure de l’opinion influence l’opinion elle-même. Et de même qu’en physique fondamentale, la manière de poser la question influence à la fois la valeur chiffrée et son interprétation. Est-ce à dire que le niveau de la politique est aussi petit que les particules quantiques ? ou seulement qu’il existe un biais à construire son avis sur celui des autres ?

Indicateur :

  1. Fam. (v. indic’ ou balance) : type un peu louche qui bouffe à tous les râteliers, entre la pègre et la maréchaussée.
  2. Épid. : série de chiffres incompréhensibles et invérifiables, d’origine douteuse, et servant plusieurs causes à la fois – à serrer la vis de dictature sanitaire ou à relâcher la pression à fins électorales.

Aucun rapport, vous êtes sûrs ? il est vrai que les mesures de bon sens ne servent que le Bien Commun et sont donc bien moins utiles que les indics’. La politique sanitaire, c’est « Flic ou voyou », la gouaille d’Audiard en moins hélas…

Restaurant :

  1. Paris. : échoppe qui à l’époque de l’insouciance permettait à des gens aisés de s’entasser pour consommer à des prix exorbitants une nourriture de cantine servie par des impolis. Aujourd’hui, martyr d’une juste cause, dégât collatéral. Permet au préfet de Police de faire du chiffre de fermeté, ou à ses magistrats de déjeuner illégalement.
  2. Prov. : idem. En moins cher. En plus courtois. Toujours martyr, mais choisit mieux ses clients.

Quand le délire sera fini, il sera bon de ne pas se jeter dans toutes les gargotes parisiennes par le seul principe qu’elles étaient fermées avant.

Vaccin :

  1. Vieil. : injection permettant de se prémunir avec certitude d’une maladie.
  2. Nouv. Monde : absolution officielle et collective de nos péchés sanitaires et égoïstes. Rédemption de la mondialisation qui nous donne gratuitement un virus et nous facture cher son remède. Feuilleton de l’année 2021, permettant, une fois le Vendée Globe terminé, de critiquer la performance de gens pratiquant un métier hors de notre portée.

Masque :

  1. Comm. : Artifice théâtral ou mafioso permettant de dissimuler un méfait.
  2. Dictat. : Morceau de papier ou de tissu accroché aux oreilles par deux élastiques trop courts et disposé en général sous le menton. Dispositif pratique d’apprentissage au déplacement en visibilité réduite pour les porteurs de lunettes. Objet d’une étude d’impact économique sur un objet périssable obligatoire au prix aléatoire – cf. syndic de copropriété, assurance auto, droit de succession. Artifice sanitaire à efficacité dépendant essentiellement de critères non liés à son emploi.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas