Jubilé 2025 (4/4) : Le pèlerinage, une démarche expiatoire ou spirituelle ?

Publié le 15 Jan 2024
pèlerinage

Les nombreux chemins de Saint-Jacques empruntés par les pèlerins.

Le Saint-Siège attend près de 40 millions de pèlerins à Rome durant l’année jubilaire. Mais d’où vient cette tradition chrétienne du pèlerinage ? Dès avant le Moyen Âge, elle se développe comme démarche de pénitence et d’expiation. Mais au fil du temps, avec l’affaiblissement du pouvoir temporel, elle finit par être infligée comme châtiment pour les crimes graves par l’autorité religieuse.

  Démarche religieuse, invitation à dépouiller le vieil homme et se détacher de biens trop terrestres, le pèlerinage peut, en certaines circonstances, à certaines époques et en certains contextes, se muer en peine judiciaire autant qu’en pénitence. Non sans risque de dérives.  

Un pèlerinage pour expier

C’est dans le monde celtique au VIe siècle, lorsque commence à se développer la pratique de la confession auriculaire, qu’apparaît, s’agissant de fautes très lourdes, que le jeûne et les pénitences ordinaires sont jugés trop bénins pour expier, l’usage d’imposer à de très grands pécheurs l’obligation d’effectuer un pèlerinage lointain, donc long et dangereux, le pardon et la réintégration dans la communion des fidèles étant subordonnés à l’exécution scrupuleuse de la peine attestée par une autorité religieuse, faute de quoi, rentrer chez soi s’avère impossible, l’accès aux sacrements aussi, sauf in articulo mortis. La pratique du pèlerinage expiatoire judiciaire se développe dans l’Europe carolingienne mais elle s’intensifie aux Xe et XIe siècles, quand la déliquescence croissante du pouvoir temporel transforme certains grands seigneurs en prédateurs désormais hors contrôle sur lesquels le roi n’a plus d’autorité et qui se croient tout permis, jusqu’au pire, certains de leur quasi-impunité. Cette impuissance du souverain contraint l’Église à prendre la relève et imposer son propre droit, ses propres peines, dans l’espoir de canaliser violence et crimes qui resteraient sinon impunis. Seule capable de lier et de délier en ce monde comme dans l’autre, elle possède sur des hommes qui conservent une certaine crainte de la damnation un moyen de pression absolu et n’hésite pas à s’en servir. Le droit canonique supplée dès lors un droit civil devenu inapplicable faute d’autorité légitime pour faire justice, prérogative royale par excellence dont le rétablissement sera, en 987, une priorité d’Hugues Capet. L’Église conserve donc ce moyen de pression et peut châtier, sans faire couler le sang, les grands coupables en les contraignant, sous peine d’excommunication, à un pèlerinage plus ou moins lointain. La sanction prend dès lors double valeur, sociale et religieuse. Sociale car elle équivaut…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Anne Bernet

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Réception des sacrements, une question de Salut (2/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 2/4 | Prêtre du diocèse de Nanterre, l'abbé Thibaud Guespereau a codirigé chez Artège l'ouvrage intitulé Les Sacrements en question, dans lequel il s’interroge sur le peu de fruits que semblent produire les sacrements. Une question grave qui selon lui devrait conduire à s’interroger sur la pastorale, l’enseignement des fins dernières et le rôle du prêtre.

+

sacrement
A la uneEglise

L’innovation au service de la foi : une cartographie des messes traditionnelles

Dans le sillage du pèlerinage de Chartres, et à la suite du succès retentissant de la messe organisée par Notre-Dame de Chrétienté, comment trouver la messe Saint-Pie V la plus proche de chez vous ? Cette question, un groupe de fidèles se l’est posée il y a désormais deux ans. Ils se sont alors attelés à une initiative audacieuse : la création d’une cartographie détaillée des messes de Saint Pie V.

+

messes traditionnelles cartographie traditionnelle
A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape