Justice pour tous

Publié le 24 Jan 2012
Justice pour tous L'Homme Nouveau

Après San Francisco samedi, Paris, dimanche, la Marche pour la vie (March for Life) de ce lundi à Washington a été un plein succès. Des centaines de milliers de marcheurs, dont une très forte proportion de jeunes, ont défilé pacifiquement pour demander le respect de la vie naissante à l’occasion de l’anniversaire de l’arrêt Roe vs. Wade, de la Cour suprême légalisant l’avortement aux États-Unis en 1973 et ouvrant certainement une brèche mondiale par l’effet de l’exemple.

C’est en 1975, en effet, soit deux plus tard, que l’avortement sera légalisé en France, avant d’être remboursé par la Sécurité sociale. Selon ses défenseurs, cette loi devait à l’origine concourir à la diminution des avortements, alors clandestins, et l’avortement légal n’était perçu que comme un recours ultime. Au final, l’avortement est aujourd’hui considéré comme absolument normal, voire comme une solution contraceptive parmi d’autres. La loi l’a fait entrer dans les mœurs. Cette banalisation est l’un des échecs de cette loi (au-delà de l’aspect strictement moral).

All justice

Depuis des années, des mesures favorables à la vie ont été prises aux États-Unis, preuve que le combat pro-vie donne des résultats, même si des excès ont été commis. À sa manière, la « March for Life 

» a permis de faire avancer les choses, par une prise de conscience de plus en plus grande qu’un avortement n’est pas un acte banal et qu’il entraîne aussi des conséquences pour la mère et sa famille ainsi que pour la société entière.

À ce sujet, l’un des grands efforts que nous aurions tous à mener consiste certainement à cesser, selon un travers bien français, à réduire le catholicisme à un aspect de la défense de la vie.

La culture de la vie, promue par les papes, a une ambition beaucoup plus vaste que ce à quoi nous la réduisons le plus souvent. Elle implique de s’opposer à l’avortement et de trouver des solutions concrètes pour éviter d’avoir recours à celui-ci. Elle implique également de s’occuper des personnes en fin de vie, dans le respect de leur dignité. Mais elle implique aussi de ne pas réduire la vie à ses deux termes.

Entre les deux, il y a toute la vie. Dans ce cadre, la famille a une importance primordiale, qui ne se limite pas à la défense des allocations familiales mais qui vise à la remettre véritablement à la base de la société. Ce qui serait un changement de perspective déterminant. Il y a aussi la vie économique, en n’oubliant pas que les systèmes économiques modernes ne sont pas neutres, qu’ils reposent sur une anthropologie à l’inverse de la vision chrétienne et que leurs conséquences rejaillissent directement sur la vie elle-même. Il y a, enfin, les pauvres, mais il faudrait dire, il y a d’abord les pauvres. Nous n’avons pas le droit de choisir entre le fœtus qui est un pauvre à sa manière et les pauvres qui sont dans nos rues. Des amis américains étaient à la fois à Wall Street avec les Indignès pour leur expliquer que la doctrine sociale indiquaient les vrais principes pour répondre à leur indignation et à Washington pour manifester pour la vie. 

Dès La Didachè (fin du Ier siècle), les chrétiens ont refusé l’avortement : « tu ne tueras point l’enfant par avortement et tu ne le feras pas mourir après sa naissance. »

Mais plus loin, cet antique texte évoque aussi clairement les pauvres :

« Qui sont loin de la bonté et de la patience, qui aiment les vanités, qui courent après la rétribution, qui n’ont pas pitié du pauvre, qui n’ont pas compassion de l’être accablé, ceux qui ne connaissent pas Celui qui les a créés, les meurtriers d’enfants, les corrupteurs de l’oeuvre de Dieu, ceux qui se détournent de celui qui est dans le besoin, qui accablent celui qui est dans les tribulations, les avocats des riches, les juges iniques des pauvres, coupables de tous les péchés. Enfants, fuyez tous ces gens-là. »

Pour les chrétiens du premier siècle comme pour nous aujourd’hui, le christianisme porte cette double exigence. 

La redaction

La redaction

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson justice
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle