Justice sociale : concept flou, revendication fourre-tout 

Publié le 28 Sep 2023
Marche unitaire pour la fin du racisme systémique, des violences policières, pour la justice sociale et les libertés publiques
La plupart des courants politiques se réclament de la justice sociale, chacun lui donnant un contenu différent, aucun ne lui donnant de fondement logique, tous cherchant son exercice dans la coercition par la loi. Mais la logique montre que pour qu’elle ne reste pas qu’une utopie, elle doit s’appuyer sur la dignité de chaque être humain reçue d’un « autre supérieur ». 

  Pour la rentrée, tout le monde a refait ses forces pour pouvoir affronter l’année qui vient. Une année placée sous le signe de la contestation. Les partis politiques savent parfaitement qu’une année électorale vient de passer. Le temps pour le gouvernement et le Président d’accumuler au-dessus de leur tête un poids d’opposition grandissant. Le 23 septembre 2023 s’est tenue une « Marche unitaire pour la fin du racisme systémique, des violences policières, pour la justice sociale et les libertés publiques » (1). Le but de cette marche est de contrer l’impunité policière par une marche unissant toutes les luttes.  La démarche nous intéresse assez peu. Il s’agit ici de proposer une analyse logique et critique des affres de notre société et de réfléchir su la question de la « justice sociale », terme revendiqué de plus en plus par l’ensemble du corps politique qui s’en arrache le monopole.  Avec le terme de « justice sociale » on associe le terme de « justice » et celui de « social ».  Le terme de « justice » désigne soit une vertu soit un ensemble de lois qui régissent la société et qui sont appliquées par un pouvoir exécutif. On distingue, depuis Aristote, la justice commutative, qui cherche à rendre à chacun la même part, et la justice distributive, qui cherche à rendre à chacun ce qui lui est dû.  Lorsque l’on envisage le concept de « social », on constate qu’il possède une signification plus lâche. D’un côté il désigne les relations au sens large, en tant que des personnes font partie d’une société parce qu’elles sont en relation les unes aux autres. D’un autre côté, « social » implique une prévalence de la prise en compte des pauvretés et des souffrances de tous ordres dans l’action politique. « Social » désigne alors davantage l’empathie nécessaire entre les membres d’une même société.  Parler de « justice sociale » c’est donc se confronter à quatre définitions possibles. 

  1. Rendre à chacun la même part au sein des relations. 
  2. Rendre à chacun ce qui lui…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

François-Marie Portes

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
A la uneSociété

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture