Kulturkampf 1/3 : l’inutile combat de Bismarck contre Dieu

Publié le 07 Mar 2023
Kulturkampf: l'inutile combat de Bismarck contre Dieu

Lancé dans le contexte de la naissance de l’Empire allemand, le Kulturkampf est une politique religieuse dirigée contre l’Église, considérée comme une force ennemie du Reich, à partir de 1871. Bismarck, chancelier de l’empire, veut en faire un outil de contrôle des catholiques. Avec des résultats mitigés.   Lorsque, au lendemain de la création de l’Allemagne en janvier 1871, Bismarck, afin de consolider le Reich et sa position de chancelier, lance sa politique de Kulturkampf, le « combat pour la culture », il ambitionne d’éradiquer les « forces obscurantistes », l’Église catholique et son parti, le Zentrum, soit 36 % des sujets du Kaiser, jugés dangereux pour l’accomplissement de l’unité allemande. Le but se révélera plus difficile à atteindre que prévu… Le programme n’a rien d’original puisqu’il se veut dans la ligne des philosophes des Lumières décidés à « écraser l’Infâme » et s’inscrit dans la vaste entreprise de « décatholicisation » de la société européenne mise en œuvre, en cette fin du XIXe siècle, par des gouvernements inféodés à la maçonnerie, comme Crispi en Italie ou, quelques années plus tard, les laïcards de la IIIe République, voire officiellement catholiques, telle l’Autriche de François-Joseph, qui n’en tentent pas moins de réduire le pouvoir ecclésiastique. Cette adhésion de Bismarck à un travail de sape global et international s’aggrave d’une hostilité personnelle, fruit d’une éducation prussienne et luthérienne, qui l’incite à se défier de Rome, et de Pie IX, auquel il reproche la publication, en 1864, du Syllabus, « catalogue des erreurs modernes » tenu pour un intolérable rejet du monde né de la Révolution, et la promulgation, en juillet 1870, du dogme de l’infaillibilité pontificale auquel l’épiscopat allemand, après avoir refusé de le voter lors du concile Vatican I, s’est finalement rallié. En effet, l’infaillibilité du Pape pose la question qui hante les pouvoirs depuis la naissance du christianisme : en cas de conflit, à qui irait la fidélité des croyants ? Il est logique que Bismarck, alors que le luthéranisme est religion nationale du Reich, désire éliminer, avec l’influence catholique, un « corps étranger rejeté par l’âme allemande ». Tout arrangement avec Rome est donc exclu. Le Chancelier ne perd pas une occasion de le proclamer sur tous les tons : « Je n’ai jamais cédé à l’illusion que le catholicisme était capable de se réformer ; il est depuis longtemps dans un système clos qui, aussitôt qu’on prétend y…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Anne Bernet

Ce contenu pourrait vous intéresser

Société

Agriculteurs (3/3) : « La terre au cœur, le cœur au Ciel »

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » (3/3) | Fondée dans les années 80, l’association des « Journées paysannes » regroupe et soutient des agriculteurs de tous horizons, conscients de la nécessité de se former spirituellement et techniquement, de favoriser l’entraide et la réflexion dans un contexte de crises profondes. Entretien avec Emmanuelle François, présidente des « Journées paysannes ».

+

agriculteurs journées paysannes
Société

Mobilisation des agriculteurs, un tableau contrasté (2/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 2/3 | Journaliste indépendant, spécialiste du milieu agricole et rédacteur en chef de la revue de presse agricole Argos, Guy Laluc dresse un portrait des revendications et des raisons du monde paysan plus compliqué qu’on ne pourrait le croire au premier coup d’œil.

+

agriculteurs
Société

Crise agricole, les raisons de la colère (1/3)

Dossier « Agriculteurs, un monde en détresse » 1/3 | Dans cet entretien, Yann de Kérimel dresse le tableau sombre d’une agriculture profondément détraquée, entre le mauvais rôle des institutions censées représenter le secteur, les exigences absurdes et contradictoires de l’Union européenne et des choix de consommation déraisonnables.

+

crise agricole