Kulturkampf 1/3 : l’inutile combat de Bismarck contre Dieu

Publié le 07 Mar 2023
Kulturkampf: l'inutile combat de Bismarck contre Dieu

Lancé dans le contexte de la naissance de l’Empire allemand, le Kulturkampf est une politique religieuse dirigée contre l’Église, considérée comme une force ennemie du Reich, à partir de 1871. Bismarck, chancelier de l’empire, veut en faire un outil de contrôle des catholiques. Avec des résultats mitigés.   Lorsque, au lendemain de la création de l’Allemagne en janvier 1871, Bismarck, afin de consolider le Reich et sa position de chancelier, lance sa politique de Kulturkampf, le « combat pour la culture », il ambitionne d’éradiquer les « forces obscurantistes », l’Église catholique et son parti, le Zentrum, soit 36 % des sujets du Kaiser, jugés dangereux pour l’accomplissement de l’unité allemande. Le but se révélera plus difficile à atteindre que prévu… Le programme n’a rien d’original puisqu’il se veut dans la ligne des philosophes des Lumières décidés à « écraser l’Infâme » et s’inscrit dans la vaste entreprise de « décatholicisation » de la société européenne mise en œuvre, en cette fin du XIXe siècle, par des gouvernements inféodés à la maçonnerie, comme Crispi en Italie ou, quelques années plus tard, les laïcards de la IIIe République, voire officiellement catholiques, telle l’Autriche de François-Joseph, qui n’en tentent pas moins de réduire le pouvoir ecclésiastique. Cette adhésion de Bismarck à un travail de sape global et international s’aggrave d’une hostilité personnelle, fruit d’une éducation prussienne et luthérienne, qui l’incite à se défier de Rome, et de Pie IX, auquel il reproche la publication, en 1864, du Syllabus, « catalogue des erreurs modernes » tenu pour un intolérable rejet du monde né de la Révolution, et la promulgation, en juillet 1870, du dogme de l’infaillibilité pontificale auquel l’épiscopat allemand, après avoir refusé de le voter lors du concile Vatican I, s’est finalement rallié. En effet, l’infaillibilité du Pape pose la question qui hante les pouvoirs depuis la naissance du christianisme : en cas de conflit, à qui irait la fidélité des croyants ? Il est logique que Bismarck, alors que le luthéranisme est religion nationale du Reich, désire éliminer, avec l’influence catholique, un « corps étranger rejeté par l’âme allemande ». Tout arrangement avec Rome est donc exclu. Le Chancelier ne perd pas une occasion de le proclamer sur tous les tons : « Je n’ai jamais cédé à l’illusion que le catholicisme était capable de se réformer ; il est depuis longtemps dans un système clos qui, aussitôt qu’on prétend y…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Anne Bernet

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle
SociétéLectures

Faire grandir les enfants avec Honoré, l’écureuil et Marceline, l’hirondelle

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse pour ce mois de mai, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Avec les albums Honoré, l’écureuil qui refusait d’aider et Marceline, l’hirondelle qui voulait faire confiance, les enfants retiendront une belle leçon de vie à la lumière de l’Évangile. Paru dans le n°1807.

+

enfant lecture
SociétéBioéthiqueDoctrine sociale

La dimension « politique » de la défense de la loi naturelle

L’avalanche de lois « sociétales » en France depuis plus d’un demi-siècle, toutes étant des atteintes directes à la loi naturelle, a provoqué dans une partie du monde catholique une délégitimation diffuse ou expresse des institutions politiques les ayant édictées, cela au sein du déferlement individualiste de l’après-68 et de cette sorte d’explosion en plein vol de l’Église en état de Concile. Le « mariage » homosexuel et la constitutionnalisation de l’avortement ont porté chez ces mêmes catholiques le climat à l’incandescence. D’où la question : que faire ?

+

loi naturelle