La femme au foyer existe-t-elle encore ?

Publié le 27 Jan 2024
femme au foyer mère au foyer

© Freepik

En mars prochain, l’Irlande organise un référendum pour modifier la constitution et notamment supprimer l’article reconnaissant le soutien qu’apporte la femme au foyer. Certaines notions sont ainsi expulsées du champ sémantique mais à y regarder de plus près, il s’agit de l’accomplissement de tâches indispensables à la survie de la société. Que veut-on faire faire disparaître au juste ?

  « Celui qui a des oreilles qu’il entende. » Avez-vous prêté l’oreille récemment à notre monde ? Avez-vous distingué, au milieu des divertissements dans lesquels tout va bien ou bien au sein des informations dans lesquelles tout va mal, un bruit différent ? Je vais vous mettre sur la voie. Il s’agit d’écouter derrière tout cela le râle épuisé d’un peuple massacré. Je ne parle ni des Ukrainiens, ni des Palestiniens mais bien du peuple occidental primitif qui meugle pendant qu’on le dépèce vivant.   

L’exemple irlandais

Une brève information parue le 5 décembre dernier nous informe qu’en Irlande vont être organisés en mars prochain deux référendums ayant pour objet la modification de la constitution de ce pays. Les référendums proposent de supprimer l’article 41.2 de ce texte et d’apporter un nouvel amendement. L’article incriminé déclare que l’État reconnaît l’apport au bien commun que les femmes dites « au foyer » constituent. Il en tirait une conséquence : il ne faut pas que la femme au foyer soit placée dans une situation économique telle que l’obligeant à quitter son « devoir au sein du foyer ». Ceci sert donc de fondement à l’ensemble des aides de l’État pour les femmes choisissant pour un temps d’élever elles-mêmes leurs enfants plutôt que de poursuivre une carrière professionnelle.  La raison officielle de ce référendum : un langage trop daté ne reflétant plus la vie moderne. Si nous devions traduire cette phrase en termes plus logiques il faudrait dire que ces mots ne renvoient plus à des concepts qui tireraient leur source de la réalité. Autrement dit, l’apport de la femme au foyer n’existe plus.  Mais le vrai problème, comme toujours, est que cet apport n’a jamais été dessiné, défini explicitement. « L’apport au bien commun » est une formulation encore plus vide de sens aujourd’hui que la plupart des concepts invoqués dans les homélies catholiques. Il faut donc s’atteler à la tâche. Quelle est donc cette femme qui n’existe plus, et qu’apportait-elle qu’elle n’apporte plus ? Commençons par « femme au foyer ». La spécificité de la formule réside bien…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

François-Marie Portes

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociété

La destruction progressive de l’instruction en famille (IEF)

La récente annonce d'une nouvelle requête devant la Cour européenne des droits de l'homme, mettant en cause le refus injustifié de l'Éducation nationale d'autoriser l'instruction en famille pour une fillette de 3 ans, met en exergue les enjeux politiques et économiques de l'IEF, surtout à l'approche des élections législatives. 

+

write 8487618 1280 toussaint
A la uneEgliseSociété

Les catholiques et le sport (1/3) | Un dominicain très moderne : le père Didon et les Jeux olympiques

Dossier « Les catholiques et le sport : des patronages aux Jeux olympiques » 1/3 | Entretien | Au moment où vont s’ouvrir les Jeux olympiques de 2024 à Paris, l’historien Yvon Tranvouez publie un ouvrage sur le père Henri Didon, inspirateur de la devise des Jeux et proche du baron de Coubertin. La vie du dominicain est passionnante à plus d’un titre, reflétant les tensions du catholicisme français à son époque et la pénétration de nombre de valeurs modernes dans un milieu antirépublicain.

+

jeux olympique Didon
SociétéSpiritualité

« Joëlettes chantantes » : des joies à partager au-delà du handicap

Entretien | Inspirée par les « routes chantantes » déjà expérimentées pour des personnes valides, une association nouvellement créée a décidé de faire profiter des personnes handicapées de ces séjours mêlant sport, spiritualité et activités musicales pour des jeunes. Une idée audacieuse dont les difficultés n’ont pas arrêté les réalisateurs, grâce entre autres à des véhicules adaptés, les joëlettes.

+

joëlette chantante