L’impossible limite de la FIV : la transgression sans fin

Publié le 18 Jan 2024
Présentée comme un progrès il y a quarante ans, la fécondation in vitro (FIV) a en réalité rendu définitivement inopérantes toute critique et toute limite posées à « l’usinage de l’humain ». Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Lejeune, explique la dérive prévisible et inexorable des techniques reproductives.

 

Le 3 janvier dernier est sorti le livre La Tyrannie de la reproduction de René Frydman, père de la fécondation in vitro (FIV). Ce dernier revient sur son expérience et pose la question de la limite à donner à la science lorsqu’il s’agit du désir d’enfant : « Tout ce qui est possible n’est pas souhaitable. » Selon vous, où faut-il placer cette limite ?

Après avoir fait exploser la notion de limite, il y a un demi-siècle, en s’érigeant en révolutionnaire de la reproduction, René Frydman voudrait maintenant passer pour un sage en réintroduisant la notion de limite. Mais cela ne marche pas comme ça. La FIV viole le principe de l’union indissociable entre la sexualité et la reproduction. Une fois qu’un principe est violé, il n’y a plus de limite qui tienne. Les limites incantatoires et arbitraires de ceux qui ont contribué à les abattre sont faites pour être transgressées. L’expérience montre que « la contraception, qui est faire l’amour sans faire l’enfant », et « la fécondation in vitro, qui est faire l’enfant sans faire l’amour », sont les deux faces d’une même médaille. Or la sexualité détachée de sa finalité, et réduite à une activité récréative, devient folle. Et l’industrie procréatique détachée de son fait générateur, et promue activité lucrative, devient folle aussi. Cette dissociation a été présentée, il y a quarante ans, comme un progrès de la médecine. En réalité, la fécondation in vitro est une transposition à l’espèce humaine d’une technique qui était déjà pratiquée de longue date chez l’animal. Elle n’est en rien un progrès de la médecine dans la mesure où elle ne soigne ni ne guérit de la stérilité ou de l’infécondité mais ne fait que la contourner. En revanche, faire fabriquer des enfants en éprouvette, avec un cahier des charges de plus en plus exigeant, pour répondre à des demandes tous azimuts, est un basculement anthropologique dans une logique transhumaniste qui rend vaine la notion de limite.  

La première FIV a été accomplie en 1982 et l’obsession d’enfant s’est accrue depuis. Quelles sont les dérives observées dans le domaine…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson projet de loi fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle