Notre quinzaine : la foi pour avancer au large

Publié le 08 Fév 2023
la foi dans la tempête

Domine, salva nos, perimus ! « Seigneur, sauvez-nous, nous périssons ». Qui ne se souvient de ce passage fort des Évangiles dans lequel les apôtres embarqués avec le Christ se tournent vers lui alors qu’il dort et que la tempête les menace ?

Depuis les origines, la Tradition chrétienne a vu dans la barque emportée par les flots à la fois l’Église et l’âme de chaque chrétien. Dans les deux cas, la leçon est la même : nous devons dans un esprit de foi recourir au Christ, notre sauveur. La foi est justement au cœur de ce passage, le Christ reprochant aux apôtres leur manque en la matière. Dans Les Évangiles de Notre-Seigneur Jésus-Christ, dom Delatte commente :

« ils ont un peu de foi, puisqu’ils s’adressent à lui ; ils manquent de foi, puisqu’ils se troublent, s’épouvantent et croient que leur Maître se désintéresse. »

N’est-ce pas souvent notre cas dans les périodes troublées, que celles-ci touchent l’Église dans son ensemble ou l’âme de chacun, à un moment donné de son existence ?

S’arrimer à la foi

Il est certes difficile de nier que nous traversons aujourd’hui une époque particulièrement difficile dans laquelle tout semble remis en question et où les certitudes de bon sens comme les données les plus certaines de l’enseignement de l’Église sont bousculées, parfois même par ceux qui devraient les défendre et les transmettre.

En suivant la doctrine de l’Évangile, c’est pourtant bien en ces moments-là qu’il faut plus que jamais s’arrimer à la foi afin de chasser la tentation du trouble.

Étrangement, celui-ci prend souvent aujourd’hui les contours de la nostalgie ou de l’évocation d’un passé censément meilleur. Loin de nous l’idée de nier au passé tout intérêt, à condition toutefois d’en tirer des leçons et non de s’y complaire, paralysant ainsi toute action dans le présent.

D’autant que le sujet important n’est pas d’abord l’envie d’un passé révolu ou la nostalgie d’une époque meilleure mais bien celui de la foi. Celle-ci, dit encore dom Delatte,

« n’est pas un système philosophique, une tentative d’explication des choses : on a dit, et quelque fois dans un sens très inexact et qui prétendait éliminer la doctrine : la foi c’est une vie. Oui, c’est réellement une vie, mais transformée par le ferment de la doctrine, pénétrée par cet élément actif et assimilateur. La vie chrétienne ne saurait se constituer en dehors de la théologie ; son progrès est en proportion de l’œuvre de notre intelligence surnaturelle. »

Les événements nous sont contraires ? Dans un certain sens peut-être, bien que la souffrance ait aussi une valeur éducative et rédemptrice. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas le Christ qui manque à notre situation historique, c’est nous qui manquons au Christ alors même qu’il nous a légué tout ce qu’il fallait pour traverser l’époque dans laquelle il nous a appelés à vivre.

Parce que nous avons la foi : duc in altum !

Depuis le début des années 2000, L’Homme Nouveau s’inspire de cette belle parole du Christ à saint Pierre : Duc in altum, « avance au large ». Le Christ, qui semblait dormir dans l’épisode de la barque confrontée à la tempête, ordonne maintenant de ne pas s’en tenir à une situation d’attente.

Il s’agit de le faire connaître, de participer à la transmission de son enseignement, de maintenir au cœur même du temporel les exigences chrétiennes afin de permettre une vie normale ordonnée au bien commun et à la véritable finalité de l’homme.

Cette mission dépasse assurément nos forces, et pourtant, là où nous sommes, nous entendons bien continuer à la mener.

Non pas seuls, mais en nous appuyant sur l’enseignement de l’Église et l’exemple des saints et des martyrs.

Non pas seuls, mais avec ceux qui nous font confiance et qui participent avec nous à l’aventure de L’Homme Nouveau, une aventure de plus de 75 ans, toujours traversée par la même exigence dans des modalités pratiques adaptées à chaque époque.

La jeunesse de la foi

C’est ainsi, par exemple, que nous venons de renouveler notre site Internet afin de proposer de nouvelles offres et de toucher un public plus jeune. C’est ainsi encore que nous avons renouvelé notre équipe de permanents, d’une moyenne d’âge aujourd’hui d’une trentaine d’années.

Et c’est ainsi enfin que nous sommes heureux d’accueillir comme éditorialiste un jeune prêtre, en apostolat dans un diocèse français, le père Danziec, déjà bien connu d’une partie de nos lecteurs.

Déjà chroniqueur religieux à Valeurs Actuelles et au Club des Hommes en noir, animateur également d’une équipe de prêtres qui concourent au site de L’Homme Nouveau, il apportera outre sa jeunesse le regard d’un pasteur confronté à la réalité ecclésiale d’aujourd’hui tout en étant enraciné dans la belle et grande Tradition de l’Église. Plus que jamais, donc : Duc in altum !

Philippe Maxence

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres
ÉditorialChrétiens dans le monde

Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu (2/3) : Une réappropriation progressive du clergé vietnamien

Dossier « Le Vietnam catholique après Diên Biên Phu » 2/3 | Comment les soubresauts de la décolonisation ont-ils affecté l’Église du Vietnam ? Désireuse de maintenir une distinction essentielle entre colonisation et mission et de faire émerger de véritables communautés catholiques locales, Rome avait en fait pris soin très tôt de former et d’émanciper un clergé indigène pour remplacer les missionnaires occidentaux.

+

vietnam clergé
Éditorial

Notre quinzaine : Vertu de piété ou nostalgie ? 

On a beaucoup reproché à nos compatriotes de se complaire dans la commémoration des défaites de la France. Dans le souvenir de Diên Biên Phu, il ne s’agit pas tant d’entretenir aujourd’hui la nostalgie d’une époque révolue que de se placer dans la perspective de la vertu de piété naturelle dont on rappellera ici en passant qu’elle est annexe à la vertu de justice et qu’elle nous permet de rendre imparfaitement ce que nous devons à nos parents et à notre pays. Le devoir de piété relève des premiers principes de la loi naturelle et trouve une expression synthétisée dans le quatrième commandement du Décalogue.

+

Diên Biên Phu piété naturelle
ÉditorialDoctrine socialeLettre Reconstruire

Subsidiarité et bien commun

Édito de la Lettre Reconstruire n°35 | Ce nouveau numéro de Reconstruire continue, à travers la rubrique « Questions de principe », à aborder l’enseignement pontifical à propos de la subsidiarité. Formulé scientifiquement par Pie XI, mais déjà présent chez Léon XIII, le principe de subsidiarité n’a cessé de prendre une place grandissante dans le corpus social catholique. Au point, comme nous le soulignons dans ce même numéro, d’être introduit indirectement dans le nouveau Code de droit canonique (1983) et donc dans la vie de l’Église elle-même.

+

subsidiarité bien commun